Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 février 2015 - 18:24

L'agrile du frêne détecté à Mirabel

Eric Mondou

Par Eric Mondou, Journaliste

Twitter Eric Mondou
Un spécimen d’agrile du frêne a été découvert l’été dernier dans un piège installé dans un parc du secteur de Saint-Janvier, aux limites de la Ville de Blainville. 
 
Selon les dernières évaluations faites par la Ville de Mirabel, l’insecte minuscule, qui cause la mort de plusieurs variétés de frênes, n’a pas encore infesté les arbres de la municipalité. 
 
Or, si l’on se fie aux avancées effectuées par le coléoptère au fil des dernières années, cela ne saurait tarder, estime la directrice générale adjointe, Louise Lavoie. 
 
Tel que demandé par la Communauté métropolitaine de Montréal, la Ville de Mirabel a adopté lundi soir son Plan d’action afin de faire face à l’insecte ravageur.
 
Les étapes préliminaires menant au plan ont été menées l’été dernier avec l’installation de pièges et le recensement complet des frênes dans les espaces publics de la municipalité.
 
Au total, quelque 200 frênes y ont été répertoriés. Bien qu’ils soient présents sur l’ensemble du territoire, c’est autour des étangs du secteur de Saint-Benoît où on peut en apercevoir le plus. 
 
Près de 180 seront abattus 
 
Selon le plan d’action, seuls les frênes ayant un diamètre supérieur à 25 centimètres seront traités, soit 22 sur les quelques 200 présents sur le territoire. Le traitement se fera à tous les deux ans, et ce, pour une période de 10 ans.
 
Tous les autres seront abattus une fois envahis par l’insecte. Entre-temps, diverses essences d’arbres seront plantées à proximité des frênes qui sont condamnés à mourir.  
 
Au cours des prochains mois, la Ville effectuera une campagne de communication afin d’informer les citoyens qui ont des frênes sur leur terrain.
 
L’agrile du frêne a fait son apparition dans la région à l’automne 2013 en infestant des abres de la ville de Boisbriand. 
 
Plus de 5000 frênes ont été recensés sur l’espace public de la MRC Thérèse-De Blainville. C’est la ville de Rosemère qui en compte le plus, soit environ 1500. 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.