Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
26 janvier 2017 - 15:22

CA du CISSS des Laurentides

Les syndicats CSN dénoncent à nouveau les impacts des compressions sur les services

Par Salle des nouvelles

Une cinquantaine de représentants de syndicats CSN se sont présentés à la séance du Conseil d’administration du CISSS des Laurentides, mercredi soir à Sainte-Thérèse. Les effets néfastes de la réforme et de la réorganisation ont été portés à l’attention du conseil qui, à plusieurs reprises, a dit ignorer l’existence des problèmes soulevés et mettre en doute la parole des représentants.
 
À tour de rôle, des représentantes et représentants membres de la CSN de différents établissements des Laurentides, ont questionné le Conseil d’administration, inquiets de l’épuisement de plus en plus généralisé du personnel, des conséquences sur le travail et les services à la population.
 
Des pertes d’emplois et de services
La réponse obtenue à la question de Gilles Dubois, trésorier du syndicat CSN au CSSS des Sommets, sur l’annonce le 17 janvier de l’abolition d’un poste de préposé aux bénéficiaires à Sainte-Agathe a de quoi surprendre.  « Le préposé aidait les patients avec des problèmes de mobilité à se mouvoir. Pour justifier la coupe de son poste, l’employeur invoque la nécessité de normaliser les pratiques et d’en référer aux familles et à l’équipe soignante déjà débordée. Il ne s’assure pas pour autant que cette transition est possible, c’est-à-dire que le personnel en place et les familles ont la capacité de pourvoir à cette tâche bénéfique pour la santé des patients », dénonce M. Dubois.
 
La question de M. Éric Gougeon, représentant syndical au CSSS d’Antoine-Labelle, à l’effet d’une éventuelle fermeture de la clinique du diabète à Mont-Laurier, a reçu une réponse ambiguë. L’administration parle de réorganisation de la clinique. À ce jour, de manière générale, les changements se sont habituellement traduits par un glissement vers le privé ou une perte d’emplois dans la région.
 
« Nous n’avons qu’à penser aux GMF qui dépouillent les CLSC et au projet Optilab de mégalaboratoire à Laval. Il est inconcevable que M. Jean-François Foisy - PDG du CISSS, puisse affirmer sans gêne que le déplacement de 80 postes en laboratoire à Laval ne signifie pas une perte d’emplois. C’est 80 emplois de qualité et l’expertise de ces travailleurs qui ne seront plus dans les Laurentides, au profit d’un grand centre ! Depuis des mois, la CSN a mis en garde le CA contre l’impact de cette mesure pour la région. Nous continuerons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contrer ce processus », affirme Chantal Maillé, présidente du Conseil central des Laurentides – CSN.
 
Mesures improvisées, budgets resserrés
Parmi les éléments soumis au CA, Marie-Josée Bolduc, présidente du Syndicat des travailleurs et travailleuses du Centre du Florès, remet en cause l’application mur à mur d’une politique de frais de stationnement qui s’appuie sur une gestion simpliste de l’autofinancement, dictée par le gouvernement, qui ne tient pas compte de la réalité de la région. Pour la majorité des usagers et des travailleuses et travailleurs, l’automobile est une nécessité. Elle est même exigée à certains employé-es par l’employeur.
 
Pour Marie-Claude Ouellette, présidente du syndicat du personnel du Centre du Florès – CSN, les erreurs au service de paye des employé-es, certaines datant du mois d’octobre 2016, sont le résultat de changements imposés en vitesse sans s’assurer que le personnel administratif bénéficie de l’encadrement nécessaire pour appliquer le nouveau programme.
 
«À ceci, il faut ajouter que la centralisation des budgets pour amortir le déficit général implique le non-remplacement en temps supplémentaire et la surcharge de travail. De plus, la réorganisation encore une fois précipitée des systèmes de l’approvisionnement occasionnent, par exemples, le manque de produits de base ou de contenants pour disposer de déchets bio-médicaux, dans certains endroits. C’est inadmissible La réforme désorganise le réseau. Nous continuerons de talonner le gouvernement et le CA du CISSS sur les ratés de la réforme Barrette », conclut Chantal Maillé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.