Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
12 juillet 2017 - 13:47

Des pompiers en garde interne au poste d’incendie du secteur de Saint-Janvier

Par Salle des nouvelles

Depuis le 10 juillet, le poste d’incendie du secteur de Saint-Janvier disposera, dans le cadre d’un projet pilote échelonné sur un an, de pompiers en garde interne du lundi au dimanche, de 7 h à 23 h, assurant ainsi une plus grande présence et une sécurité accrue du public. 
 
« C’est dans une perspective d’optimisation des ressources que la Ville a décidé de mettre en œuvre ce projet pilote qui se traduit par des effectifs sur place, 7 jours sur 7, selon une plage horaire durant laquelle la plupart des appels incendie sont acheminés au service », indique le maire de Mirabel, M. Jean Bouchard.  
 
Cette présence contribuera aussi à réduire de beaucoup le temps consacré à la mobilisation en cas d’intervention d’urgence, puisque des ressources seront sur place et n’auront donc pas à se déplacer vers le poste, lors du déclenchement d’une alerte. Il faut savoir aussi que 82 % des appels acheminés vers le poste d’incendie le sont entre 7 h et 23 h. 
 
Le choix du poste du secteur de Saint-Janvier repose sur le grand volume d’appels qui y sont enregistrés annuellement ainsi que sur le nombre de véhicules spécialisés qui y sont concentrés. Au cours de 2016, par exemple, un peu plus de 940 appels ont été dirigés vers le Service de la sécurité incendie.  
 
Tout au long du projet pilote, les effectifs seront affectés selon deux quarts de travail comptant chacun d’eux sept pompiers et un chef aux opérations.   
 
En terminant, rappelons qu’un des objectifs du schéma de couverture de risques en incendie est d’assurer le déploiement du bon nombre d’effectifs dans les meilleurs délais et ainsi atteindre le niveau de force de frappe prévu au schéma. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.