Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 octobre 2017 - 14:35

Les ressources Le Roseau et Le Roseau de Blainville demandent une intervention rapide du gouvernement pour préserver la dignité des personnes vulnérables

Par Salle des nouvelles

Dans une situation financière intenable qui menace la qualité et la pérennité des services offerts à ses usagers, les ressources Le Roseau et Le Roseau de Blainville pressent le gouvernement du Québec d’agir pour préserver la dignité des personnes vulnérables résidant dans les ressources intermédiaires d’hébergement (RI).
 
Les gestionnaires des deux ressources ont rencontré Mario Laframboise, député de Blainville, la semaine dernière, afin de le sensibiliser à leur dure réalité et aux problématiques criantes liées à la rémunération, au recrutement, à la rétention et à la formation de leurs préposés. « Nous sommes à bout de souffle. La pression sur nos services et nos employés est de plus en plus grande, mais les budgets et les ressources ne suivent pas. Le gouvernement offre une hausse de notre financement global de seulement 8 % sur cinq ans. Pendant la même période, le salaire minimum augmentera de 18 %. C’est complètement insensé », a indiqué le propriétaire des ressources, Alexandre Bourgeois.
 
Advenant un tel scénario, M. Bourgeois craint qu’il soit impossible d’offrir des conditions de travail acceptables aux préposés qui se dévouent pour assurer la dignité des résidents. « Les départs de nos préposés qui quittent vers un autre emploi ou pour les CHSLD – où le salaire peut atteindre 10 $ de plus de l’heure pour un travail équivalent, voire moins exigeant – n’iront qu’en grandissant. Au final, ce sont nos usagers qui paieront le prix du désengagement du gouvernement », mentionne-t-il.
 
Les ressources Le Roseau et Le Roseau de Blainville rappellent que l’Entente nationale régissant les conditions des RI est échue depuis deux ans, et que les négociations visant son renouvellement sont au point mort entre le gouvernement du Québec et l’Association des ressources intermédiaires d’hébergement du Québec (ARIHQ). Depuis des mois, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ne daigne même plus retourner les appels de l’ARIHQ.
 
L’ARIHQ demande entre autres que :
 
·         Le budget des ressources intermédiaires soit ajusté afin de leur permettre d’offrir des salaires conséquents avec le niveau de responsabilité de leurs préposés.
·         Les modalités de financement en vigueur dans l’Entente nationale soit adaptées afin d’assurer, notamment, la viabilité des petites ressources.
·         Un fonds financé paritairement par le ministère et les RI soit constitué et dédié à la formation des préposés aux bénéficiaires.
 
Au total, les RI réclament un investissement de 15 millions $ par an pour les cinq prochaines années. « Le gouvernement a trouvé des milliards $ pour les médecins. M. Barrette ne nous fera pas croire qu’il ne peut investir 15 millions $ par an pour qu’on assure des services de qualité à 13 000 personnes », s’est indigné, M. Bourgeois.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.