Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
18 octobre 2017 - 10:22

20 artistes demandent aux candidats de la ville de Mirabel de s’engager à adopter une politique culturelle

Par Salle des nouvelles

C’est en décembre prochain qu’aura lieu le dépôt du «très attendu» plan d’action de la nouvelle politique culturelle du Québec. Cette politique n’avait pas été mise à jour depuis sa création en 1992. Déjà, à cette époque, le gouvernement invitait et encourageait les municipalités à devenir des leviers privilégiés dans le développement des arts et de la culture.

Depuis, c’est 179 municipalités et MRC du Québec qui se sont dotées d’une politique culturelle dont les principes directeurs sont puisés directement des consultations auprès de leurs citoyens. Il en résulte des engagements et des investissements fermes envers les arts et la culture et ce, au bénéfice de toute une population.

Dans les Laurentides, ce sont 22 municipalités et 6 MRC qui ont affirmé leur intérêt pour la culture. Elles jouent un rôle au premier plan dans l’épanouissement de la vie culturelle et artistique de leurs  concitoyens. Que ce soit de petites ou de grandes municipalités, elles valorisent aujourd’hui le patrimoine  et la culture en les positionnant sur un pied d’égalité avec les autres secteurs.

Mirabel est la seule municipalité parmi les vingt plus populeuses du Québec à ne posséder aucun  principe directeur quant à la valorisation de la culture et des arts sur son territoire. Pourtant,  la ville possède un patrimoine extraordinaire. Elle foisonne d’artisans et d’artistes professionnels,  de regroupements culturels et artistiques qui participent à l’essor économique et social de la ville.  Qui doute encore que la culture est un élément fondamental dans le développement d’une identité ?

Sachant cela, comment se fait-il que les trois partis politiques aux élections municipales de 2017 n’offrent aucune position ni engagement sur la culture et les arts dans leur vision contemporaine  de la ville?

C’est devant cette absence de vision que MIRAM demande aux candidats des trois partis politiques  de Mirabel de s’engager, s’ils sont élus, à créer et à adopter une politique culturelle lors de leur  prochain mandat. Une politique qui, par exemple, pourrait faciliter l’accès aux arts et à la culture, renforcer des partenariats avec les autres acteurs de la ville, valoriser le patrimoine, supporter les initiatives lors des Journées de la culture, consolider l’identité culturelle de la ville, promouvoir et reconnaître ses créateurs.

MIRAM souhaite une politique élaborée de concert avec les artistes et les citoyens de Mirabel, qui via des consultations publiques, pourraient exprimer librement leurs visions du développement de la culture  et des communications sur le territoire mirabellois.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.