Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 juin 2018 - 06:00

Huit jeunes vivent l’expérience d’être conseiller municipal d’un jour

Par Salle des nouvelles

Organisée dans le cadre de la Semaine de la municipalité, l’activité Mini conseil d’un jour donnait l’occasion aux élèves de 6e année des écoles primaires de Lorraine de se familiariser avec la fonction d’élu municipal et de présenter un projet qu’ils souhaiteraient voir réaliser. C’est ainsi que huit jeunes de l’école du Ruisselet ont fièrement présenté, devant parents et amis, un projet qu’ils ont imaginé pour la ville de Lorraine.


Une séance publique toute spéciale s’est déroulée à la maison Garth, lieu des séances habituelles du conseil municipal, le 6 juin dernier. Chaque enfant était jumelé à un élu responsable d’un comité de travail. Devant leurs proches et leurs collègues de classe, ils ont pris place dans les chaises des conseillers et partagé le fruit de leurs réflexions. Rappelons que les conseillers municipaux Patrick
Archambault et Pierre Barrette avaient visité les classes de 6e année de l’école du Ruisselet, seule école disponible à participer à l’activité, afin de présenter le rôle des élus municipaux et les rouages de la gestion municipale.


Le maire Jean Comtois a tenu à féliciter les écoliers pour leur implication et leur vision d’avenir de Lorraine :

« Les jeunes font preuve de beaucoup de créativité et, un fait demeure, les activités de loisirs et la culture font partie intégrante des préoccupations de ces jeunes Lorrains. Je remercie sincèrement la direction et les professeurs de 6e année de l’école du Ruisselet, qui ont généreusement collaboré à ce projet très apprécié des élèves et de leurs parents », précise M. Comtois.


Bravo aux huit conseillers : Aurélie Bouchard, Raphaël Boulanger, Esteban Brouillard, Clara Chandonnet, Élizabeth Labelle-Lukic, Léa Laliberté, Nicolas Péloquin et Charles Rémillard.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.