Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 mars 2017 - 13:42

Saint-Patrick : Saint-Colomban inaugure la rue des Irlandais

Par Salle des nouvelles

À l’occasion de la Saint-Patrick, le maire Jean Dumais a inauguré hier la rue des Irlandais en présence de dignitaires et de descendants de familles irlandaises pionnières de la ville. 
 
« L’existence même de Saint-Colomban, nous la devons aux colons irlandais venus s’installer ici il y a près de 200 ans. Cette rue vient affirmer notre attachement aux racines irlandaises de notre ville qui font aujourd’hui partie intégrante de l’ADN de la communauté. Nous sommes fiers de ce passé et nous tâchons par cette action d’inscrire le legs irlandais de manière indélébile dans notre paysage afin que les générations futures se souviennent pour toujours de cet important héritage », a déclaré le maire de Saint-Colomban Jean Dumais. 
 
Nommée en l'honneur des fondateurs de Saint-Colomban, la nouvelle rue se situe dans le développement Curé-Presseault, sur une terre ayant appartenu à la famille irlandaise Phelan, et à proximité de la rue Phelan, désignée en mémoire du prêtre Patrick Phelan, fondateur de la première paroisse irlandaise de Saint-Colomban vers 1825. Deux descendants de la famille Phelan, le président de la Société Saint-Patrick de Montréal Scott Phelan et son frère Chris ont d’ailleurs assisté à l’inauguration de la nouvelle rue. 
 
« Déjà dans la toponymie de Saint-Colomban, il existe des traces des premières familles irlandaises qui se sont installées sur le territoire comme les Keyes, les Kenna ou les Phelan. Cependant, avec la désignation de la rue des Irlandais, c’est une communauté dans son ensemble qui est reconnue et commémorée, a exprimé Linda Rivest, directrice générale de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord. C’est un geste qui a une grande signification pour l’histoire de la Ville, pour la mémoire collective. La Société d’histoire soutient cette initiative qui met en valeur notre patrimoine local; la présence de familles irlandaises dans la région est un élément propre à Saint-Colomban et c’est heureux que la Ville de Saint-Colomban ait choisi de le souligner par la toponymie » 
 
« C'est formidable que Saint-Colomban se souvienne de ses premiers colons irlandais. Avec la Fête irlandaise, maintenant la rue des Irlandais et un projet pour honorer le juge de la Cour suprême Emmett Matthew Hall, originaire de Saint-Colomban et considéré comme le père régime d'assurance-maladie canadien, nos ancêtres n’auraient pu demander plus de reconnaissance de la part des Colombanois. Merci au maire, au conseil municipal et à tous les habitants de Saint-Colomban. Je suis sûr que nos ancêtres irlandais seraient très fiers de la façon dont la communauté s'est développée depuis leur arrivée dans la région il y a tellement d'années », a exprimé Fergus Keyes, membre du groupe St. Columban Irish Descendants responsable de la restauration du cimetière de Saint-Colomban, descendant des premiers colons irlandais de Saint-Colomban et dont le grand-oncle, Frank Keyes, a été deux fois maire de la municipalité. 

Sur la photo: Chris et Scott Phelan, président de la Société Saint-Patrick de Montréal, Victor Boyle, président national canadien de l’Ancient Order of Hibernians, Fergus Keyes, membre du groupe St. Columban Irish Descendants, Jean Dumais, maire de Saint-Colomban, Claude Bourguignon, historien et auteur du livre Saint-Colomban, une épopée irlandaise au piémont des Laurentides et Linda Rivest, directrice générale de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.