Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
22 août 2017 - 11:20

Sylvie D’Amours et Benoit Charrette déplorent la lenteur des dossiers!

Par Salle des nouvelles

Près de trois mois après les importantes crues printanières, la députée de Mirabel et le député de Deux-Montagnes déplorent la lenteur du gouvernement à donner suite à ses engagements du printemps dernier pour venir en aide aux familles sinistrées. Sylvie D’Amours et Benoit Charette demandent aux ministres Christine St-Pierre et Martin Coiteux d’intervenir sans délai pour que la machine accélère la cadence. 
 
« Plusieurs sinistrés me partagent leur ras-le-bol et leur découragement. Certains d’entre eux sont toujours logés à l’hôtel, chez des amis ou dans leur famille immédiate. Alors que la rentrée scolaire approche à grands pas, imaginons un instant le scénario insoutenable pour ces familles déracinées qui devront planifier les déplacements de leurs enfants, matin et soir. Malheureusement, rien ne bouge et le gouvernement Couillard semble les avoir abandonnés. Ce ne sont pas des citoyens de seconde zone! Ils ont des droits et méritent d’être soutenus en conséquence », a rappelé, Sylvie D’Amours. 
 
Le député Benoit Charette a abondé dans le même sens que sa collègue. «On nous rapporte qu’il est difficile d’obtenir des informations du ministère de la Sécurité publique, même un simple retour d’appel. De plus, les rapports d’évaluation sont livrés au compte-gouttes et certains sinistrés n’ont pas encore reçu la visite de l’évaluateur. Cette situation est inacceptable, et c’est pourquoi j’interpelle la ministre responsable de la région des Laurentides, Christine St-Pierre, et son collègue Martin Coiteux pour accélérer le processus. C’est une question de respect et de dignité.» 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.