Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 septembre 2017 - 08:00

L’aspirant-maire Florent Gravel souhaite la conclusion du processus pénal découlant des enquêtes de l’UPAC à Blainville, avant la tenue du scrutin.

Florent Gravel se porte à la défense des citoyens de Blainville

Par Salle des nouvelles

Sans porter aucune accusation, Florent Gravel, candidat à la mairie de Blainville, espère vivement que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) dépose le fruit de ses enquêtes aux avocats du procureur général le plus rapidement possible, afin que ces derniers puissent statuer sur l’à-propos ou non de porter des accusations à l’endroit de personnes proches ou impliquées dans la gestion municipale à Blainville, et ce, avant la tenue du prochain scrutin.

Dans une missive transmise au Commissaire à la lutte contre la corruption, M. Robert Lafrenière, l’aspirant-maire Florent Gravel se porte ainsi à la défense des citoyens de Blainville, réclamant en leur nom que le processus pénal soit accéléré de façon à ce qu’avant le scrutin de novembre, toute la lumière soit faite sur les motifs qui ont conduit aux perquisitions de l’hôtel de ville en 2015, ainsi que sur les résultats de leurs vérifications.

« Les deux perquisitions effectuées par l’UPAC à Blainville en avril et octobre 2015, il y a plus de deux ans déjà, touchent-elles des personnes proches ou impliquées dans la gestion du maire sortant, Richard Perreault ? Ces dernières ont-elles un lien avec les autres perquisitions conduites au même moment par l’UPAC chez Tapage  Communication et Domco, deux entreprises appartenant à Dominic Cayer, ex-conseiller municipal de 2001 à 2005 et co-fondateur du parti de l’actuel maire Perreault, Parti Vrai Blainville ? Les citoyens de Blainville sont en droit de savoir, ils sont en droit de pouvoir voter en pleine connaissance de cause ! », de plaider monsieur Gravel, dans sa demande à l’UPAC.

Rappelons qu’en avril 2015, l’UPAC perquisitionnait l’hôtel de ville de Blainville, ainsi que les locaux de Tapage Communication et Domco.

L’UPAC enquête-t-elle sur un dossier particulier ?

Est-ce lié à la situation où en 2006, alors que Dominic Cayer présidait le Parti Vrai Blainville, la ville a versé plus d’un million de dollars en honoraires de toutes sortes aux entreprises Tapage Communication et Domco, propriétés de ce même individu?

L’enquête couvre-t-elle plus large, cherchant à motiver le versement des 3,4 millions de dollars qui ont également été versés à ces mêmes entreprises entre 2005 et 2009? Ou l’enquête couvre-t-elle aussi la période de 2009 à 2013, où près de 3 millions de dollars ont été versés aux entreprises de Dominic Cayer?

Quels sont les liens réels entre le maire Perreault et l’homme d’affaires Dominic Cayer? Quels sont les motifs exacts de la deuxième perquisition de l’UPAC à Blainville en octobre 2015, concernant cette fois des allégations de corruption, fraude et abus de confiance, tel que le rapportait Jean-Louis Fortin dans l’édition du 7 octobre 2015 dans le Journal de Montréal?

L’aspirant-maire Gravel rappelle qu’une semaine avant la perquisition d’avril 2015, l’administration municipale sortante avait de plus octroyé un contrat de près de 200,000 dollars aux entreprises de Dominic Cayer, contrat qui, pourtant jugé essentiel au moment de la signature, a été annulé rapidement après la descente de l’UPAC à l’hôtel de ville.

« Je me porte à la défense des citoyens de Blainville, qui ont le droit de savoir. J’ai pleinement confiance que l’UPAC répondra positivement à ma demande, permettant du coup à l’ensemble de notre communauté, un choix éclairé aux élections 2017.», de conclure monsieur Gravel.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.