Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 juin 2018 - 09:07 | Mis à jour : 12:57

Élections provinciales 2018

De l'enseignement à la politique : Fabien Torres pose sa candidature dans Groulx

Par Salle des nouvelles

Fabien Torres défendra les couleurs de Québec solidaire dans Groulx l’automne prochain. Et il compte faire une campagne pour une plus grande justice sociale, qui passe par un meilleur système d’éducation et des meilleurs services en santé.

Fabien Torres, professeur de sociologie au Collège Lionel-Groulx et impliqué dans de multiples projets dans la région, a été choisi mercredi soir par les membres de Québec solidaire pour représenter leur parti dans la région.

Son engagement solidaire traduit selon lui l’aboutissement de ses différentes implications et la démonstration de son fort sentiment d’appartenance aux Basses-Laurentides.

« Nous ne vivons pas dans une banlieue dortoir ici ! Depuis les sept ans que je travaille et m’implique ici, j’ai rencontré beaucoup de citoyens et citoyennes qui veulent du changement et qui comprennent que le statut quo n’est plus viable. Je souhaite être la voix de celles et ceux qui
comprennent que nous pouvons améliorer à la fois notre qualité de vie et la qualité de notre environnement »
.

Devant une salle remplie de membres de Québec solidaire, Fabien Torres a expliqué les trois axes de son action politique qui le guideront tout au long de la campagne : La justice sociale, la transition écologique et la participation citoyenne. « Groulx est une région en forme économiquement. Il faut donc s’assurer que chaque personne en bénéficie et lutter contre l’exclusion sociale. »

Après un discours bien étoffé et inspirant mettant l’accent sur la beauté d’un Québec souverain inclusif et la nécessité d’une transition vers un système économique plus égalitaire, le comité électoral a organisé une activité de discussion où Fabien Torres a expliqué les quatre priorités de la région : Éducation, santé, transports et logement !

En santé, l’aspirant député de Groulx priorise l’importance d’accorder plus d’autonomie régionale
et territoriale aux établissements de santé et de réviser le mode de rémunération des médecins. En éducation, un réinvestissement massif dans les écoles publiques ainsi que la réduction du nombre d’élèves par classe seront les premiers pas vers une amélioration des écoles de la région. Sur le plan des transports, Québec solidaire s’est engagé à réduire de moitié le prix des billets de transport en commun partout au Québec et à faire du transport collectif une option rapide, agréable et peu coûteuse.

Enfin, en matière de logement et considérant les besoins criants à Sainte-Thérèse et à Rosemère, Fabien Torres soutient la priorité de construire 50 000 nouveaux logements sociaux et l’adoption d’un code national du logement pour lutter contre la salubrité.

Au cours de la campagne, l’équipe de Québec solidaire prévoit être le plus sur le terrain afin de rencontrer un maximum de citoyens. « Les gens en ont assez de voir des candidats parachutés dans la région », nous dit Guillaume Chouinard, technologue médical, résident de Boisbriand et
impliqué dans le comité électoral.

« Il y a dans notre équipe des résidents de Sainte-Thérèse, de Boisbriand et de Rosemère ! Et des personnes qui travaillent dans en santé, en éducation, dans le privé et des étudiants. Nous sommes convaincus que le projet de Québec solidaire va résonner encore plus cette fois-ci! Dès la semaine prochaine, nous commençons avec une première soirée d’appels et de porte-à-porte. Et des assemblées de cuisine dans chacune des trois villes sont également planifiées ».

Lorsqu’on l’interroge sur ses chances de gagner, Fabien Torres est clair : « L'histoire électorale n'est pas écrite d'avance. Notre mouvement n'obéit pas aux sondages. Je sais que nous allons surprendre ». 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.