Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 mai 2017 - 08:37

Une soirée de reconnaissance pour la délégation onusienne étudiante du Collège Lionel-Groulx

Par Salle des nouvelles

Les étudiants du Collège Lionel-Groulx ont reçu une Mention honorable de la part du National Collegiate Conference Association pour leur participation au projet de la simulation des Nations Unies à New York, en avril dernier. Le Collège Lionel-Groulx a voulu mettre en valeur leur travail par l’organisation, le lundi 15 mai, d’une soirée de reconnaissance. 
 
En avril dernier, une délégation, composée de 14 étudiants, deux anciens étudiants qui s’occupaient de la formation et un enseignant, s’est rendu à New York pour représenter la Mongolie à la National Model United Nations (NMUN), soit la plus grande simulation de l’ONU en Amérique du Nord. 
 
Tout au long de cette expérience d’envergure, les étudiants ont représenté des diplomates mongols afin de travailler sur des résolutions dans différents comités des Nations Unies. Ces résolutions étaient ensuite présentées dans la salle de l’assemblée générale au siège des Nations Unies. 
 
Le voyage était l’aboutissement de plusieurs mois d’efforts puisque le groupe s’y préparait depuis septembre 2016. Pour la première année, les formations des étudiants étaient assurées par deux anciens étudiants devenus formateurs pour le projet. Un d’entre eux, Vincent Dussault, affirme qu'il a su apprendre énormément sur le transfert de connaissances, la formation en général, mais aussi sur les étudiants et sur lui-même. Il est plus que fier que la délégation ait décroché une mention honorable. 

Il s’agissait de la troisième participation du Collège Lionel-Groulx et, encore une fois cette année, les étudiants se sont démarqués. Ils ont fièrement obtenu une Mention honorable d’équipe, ce qui démontre l’effort qu’ils ont mis dans le travail et le jeu diplomatique de la simulation. « Je savais que ce projet donne l'occasion aux jeunes de se dépasser, mais l’équipe de cette année m’a hautement impressionné par sa force et les liens qu’ils ont tissés entre eux », explique fièrement Fabien Torres, enseignant de sociologie et responsable du projet.  

En effet, Chloé Brassard, qui est venue étudier Collège Lionel-Groulx uniquement pour l’existence de ce projet, soutient qu’il s’agit d’une expérience qui a changé sa vie et qui lui a permis d’en apprendre davantage sur elle-même, sur ses limites et ses aptitudes. « Bien que les larmes, le stress et le dépassement de soi aient été au rendez-vous, ce projet, en tout point ‘’challengeant’’, m’a permis de gagner en confiance », fait-elle savoir. Pour un étudiant en Sciences de la nature, Joey Labbé, le plus marquant est l’ouverture incroyable sur le monde que le projet amène. « Ça n’arrive pas souvent de se retrouver dans une salle avec 400 personnes venant de partout sur la planète », signale-t-il. 

Outre l’expérience personnelle, ce projet permet aux étudiants d’acquérir plus de connaissances sur le processus de résolutions de problèmes mondiaux et d’utiliser toutes leurs connaissances notamment acquises au cours de la formation en Sciences humaines. Il démontre l’importance de former les futurs leaders de demain en leur donnant tout le bagage nécessaire pour décrocher un emploi, mais aussi de les faire réfléchir sur les problématiques importantes que nos sociétés vivent toutes. Comme l’affirme la philosophe Hannah Arendt dans La crise de la culture, « L’éducation est le point où se décide si nous aimons assez le monde pour en assumer la responsabilité. » 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.