Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
31 mai 2017 - 15:39

Cultiver l’apprentissage du jardinage

Par Salle des nouvelles

Faire entrer la nature à l’Académie Sainte-Anne. C’est la mission que s’est donnée Aline Boisjoli, enseignante à cette école primaire de Dorval qui s’est associée avec le Collège Lionel-Groulx pour initier les élèves à la culture de légumes. Les finissantes en Technologie de la production horticole et de l’environnement (TPHE) du Collège Lionel-Groulx ont offert plusieurs bons trucs horticoles pour rendre le projet, intitulé Jardinets UnisVert, réalité. 
 
Comme inscrit dans leur cours Activité d’intégration en production horticole, les cinq finissantes, supervisées par leur enseignant Luc Gagnon, ont collaboré, avec les 547 élèves primaires, à la réalisation d’un potager diversifié et adapté à leur réalité. Les étudiantes du Collège Lionel-Groulx ont rencontré, le 18 mai, des représentants de chacune des classes pour présenter tout le contenu pédagogique en lien avec le jardin. Deux récoltes sont prévues : une à la fin de l’année scolaire et l’autre, à la rentrée des élèves, au mois d’août.

« Les finissantes se sont senties interpellées dès la présentation du projet de collaboration avec l’Académie Sainte-Anne, fait savoir Luc Gagnon. Elles ont ressenti qu’elles avaient une mission sociale impliquant le partage de leur passion et leurs connaissances horticoles à la nouvelle génération. On pouvait sentir une très grande satisfaction de leur part lorsqu’elles ont présenté le fruit de leur travail aux jeunes de l’Académie. »

L’enseignante instigatrice du partenariat, Aline Boisjoli, et les enfants ont bénéficié de l’expertise des étudiantes tout au long du processus de conception et planification des jardinets. Elles ont produit les plans des potagers, les feuillets descriptifs de chaque légume, expliquant la méthode de semis, transplantation et entretien pour chacun d’eux. Elles ont également produit une partie des végétaux qui ont été plantés dans les jardins.

«L’équipe de Luc Gagnon a été très réceptive à nos demandes, indique Aline Boisjoli. Le projet a été livré avec brio et au-delà de nos attentes. Cette association permettra une pérennité à notre potager, ainsi qu’un grand pas vers le développement durable. » Un potager en carré, c’est un projet qui intègre plusieurs matières tout en étant signifiant, utile et comblant les besoins de base chez l’humain : savoir cultiver afin de se nourrir, ajoute-t-elle.

En ce sens, les finissantes ont également réalisé des vidéos explicatives sur différents sujets horticoles. Celles-ci sont diffusées sur la chaîne YouTube du Collège Lionel-Groulx. Les thèmes abordés sont : « L’escouade outils adaptés — potager en santé ! », « Du semis à la plantation », « La biodiversité au jardin », « L’harmonie dans un jardin » et « Comment faire et réussir son compost ».  https://www.youtube.com/playlist?list=PLAMDC-sC1fz8QGs7B9lQEDHJhh9rknfXc 

L’enseignante de l’Académie, dirigée par Véronique Lemieux-Boyer, a créé une page Facebook pour aider ses collègues d’autres écoles à mettre en place un potager semblable dans leur milieu de vie. https://www.facebook.com/groups/ProfVertaline

« Les activités d’intégration prennent différentes formes, chaque année, explique Luc Gagnon. Ils ont l’objectif de faire relever un défi de production et de réalisation aux finissants. L’élaboration d’un potager communautaire avec des groupes de scouts, d’un verger communautaire urbain dans un CHSLD ou l’aménagement d’un jardin comestible au Collège en sont des exemples. »

Les finissantes participantes et leur ville de résidence :  Audrey-Anne Tassé-Cyr réside à Mirabel. Marilou Ratté habite Sainte-Thérèse. Geneviève Lalumière et Rachel Dessureault sont de Montréal. Émilie Faucher est Lavalloise. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.