Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 juillet 2017 - 10:14

50e anniversaire de Blainville : hommage posthume à Jules-Hector Blais

Par Salle des nouvelles

L’administration du maire Richard Perreault a rendu un vibrant hommage à un grand bâtisseur de Blainville, Jules-Hector Blais (décédé en 2015), très engagé à titre de citoyen dans le district Saint-Rédempteur pendant plusieurs décennies. Le 24 juin dernier, le chalet du parc Blainville a été nommé chalet Jules-H.-Blais en son honneur, et ce, en présence de ses deux filles, Sonia et Annick, de ses petits-enfants, de membres de sa famille ainsi que de nombreux amis.  

« Nous rendons un hommage posthume à un homme au grand cœur, qui ne refusait jamais de collaborer avec les gens de sa communauté. C’était un homme d’action dont la principale motivation était de rendre les gens heureux. Il était pleinement justifié que le conseil municipal choisisse le parc Blainville pour rendre hommage à Jules-Hector Blais. Les nombreux projets auxquels il a participé ont donné vie au parc qu’il aimait tant », a déclaré le maire Richard Perreault. 

Le « quêteux » 
Jules-Hector Blais a vécu à Blainville de 1968 à 2005. Au fil des années, il a fait beaucoup de bénévolat pour la Ville de Blainville, avec sa femme Gaétane et ses filles. Il était même surnommé le « quêteux » par la Ville et par les commerçants des environs, car trouver des commanditaires était l’une de ses principales forces.  

En plus d’être un membre actif de Loisirs Blainville inc. de sa création jusqu’en 2004, Jules-Hector Blais a été l’un des principaux organisateurs des Fêtes champêtres, qui se déroulaient à la Saint-Jean. Celles-ci se sont tenues de 1970 à 1981 au parc Blainville. Il a d’ailleurs fait ériger la grande butte, toujours présente dans le parc Blainville, où les jeunes glissent l’hiver. 
 Jules-Hector Blais a également participé à l’organisation du Grand Carnaval de Blainville durant toutes les années où a eu lieu cette activité très populaire auprès des citoyens. 

« Jules-Hector Blais s’est aussi impliqué dans le projet visant à agrandir le chalet du parc Blainville. À la suite de la réalisation des travaux, il a veillé à ce que tous les commanditaires soient reconnus avec leurs noms gravés sur une grande plaque commémorative en bois.

Quelques années plus tard, lorsque la Ville a décidé de construire un nouveau chalet, il a pris les dispositions afin que l’ancien chalet ne soit pas démoli et pour qu’il soit déménagé derrière l’église Saint-Rédempteur. Pour la réalisation de ce projet, il a trouvé plusieurs commanditaires afin de rendre possibles le déplacement et la réinstallation de l’immeuble », a rappelé le conseiller du district Saint-Rédempteur, Serge Paquette.   

Hommage à des bâtisseurs de Blainville 
Cet hommage à Jules-Hector Blais a eu lieu dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire de Blainville. Au cours des prochains mois, d’autres honneurs similaires seront décernés à des femmes et à des hommes qui ont marqué l’histoire de Blainville par leur engagement dans la communauté, et ce, dans tous les domaines.   

« Notre 50e anniversaire nous offre une belle occasion de souligner la contribution de nos grands bâtisseurs, dont Jules-Hector Blais », a conclu le maire Richard Perreault. 
 

Sur la photo:
En avant : Réjeanne Picard (amie de Jules-H. Blais), Cécile Bordeleau (amie de Jules-H. Blais), Françoise Picard (amie de Jules-H. Blais), Sonia Blais (fille de Jules-H. Blais), Xavier Pronovost (petit-fils de Jules-H. Blais), Annick Blais (fille de Jules-H. Blais), Sylvain Pronovost (gendre de Jules-H. Blais) et Richard Perreault (maire de Blainville).
 
À l’arrière : Jean Picard (ami de Jules-H. Blais) et Justin Pronovost (petit-fils de Jules-H. Blais).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.