Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
2 juillet 2017 - 09:13

Jamais sans mon testament!

Article commandité

Il n’y a pas d’âge pour dicter ses dernières volontés : dès que l’on acquiert des biens matériels comme une maison, un chalet, des immeubles ou une entreprise, et lorsque l’on possède des placements, il est préférable d’avoir un testament pour assurer la suite des choses en cas de décès.

D’emblée, faire son testament n’est pas une activité bien stimulante, d’autant plus qu’en corollaire, cela entraîne une inévitable réflexion à propos de sa propre finitude. Ce qui explique pourquoi certaines personnes négligent de prendre cette importante précaution et laissent les années passer avec insouciance, en pensant qu’elles auront tout le temps de rédiger leurs dernières volontés en vieillissant.

Pourtant, personne n’est à l’abri d’un décès prématuré : un accident est si vite arrivé. Avoir un testament pour déterminer le partage de son patrimoine en cas de décès se révèle particulièrement indispensable si l’on a commencé à accumuler des biens meubles, des propriétés ou si de l’argent a été placé.

Il faut aussi songer au mandat d’inaptitude, qui permettra à la personne désignée d’assumer le suivi de vos affaires et d’assurer votre propre bien-être en cas de maladie grave ou de perte des habiletés légales à gérer soi-même ses biens.

Plus il y a d’héritiers ou de bénéficiaires concernés, plus grands sont les risques de conflit, étant donné que l’étape du deuil engendre habituellement un degré d’émotivité beaucoup plus exacerbé qu’en temps normal.

Pour vraiment reposer en paix

La société d’aujourd’hui a tendance à occulter l’idée même de la mort. La perte d’un être cher est une épreuve difficile qui génère son lot d’émotions, la peine, le deuil, et parfois même, la dépression. Rien qui ne donnera envie de prendre spontanément en main toutes les obligations légales et financières qui découlent d’un décès. Certaines mesures doivent être prises avec célérité, certaines décisions ne souffrent aucun délai.

Il faut penser à la vérification ou à la recherche du testament et que le liquidateur désigné soit disponible, s’assurer que les héritiers reçoivent leur juste part, que les dettes soient payées, que les legs particuliers soient respectés et que la succession, en général, soit partagée équitablement entre les légataires.

S’en remettre à un professionnel, c’est acquérir une garantie qui éliminera tous ces soucis, car afin de tout prévoir, vous pourrez demander conseil à un avocat spécialisé en succession. Il servira d’arbitre entre toutes les parties impliquées, tout en veillant à ce que vos volontés post mortem soient respectées jusque dans les moindres détails.

Un intermédiaire fiable

Il n’y a pas que dans les films et dans les romans que des disputes surviennent au moment de régler une succession. En cas de mésentente dans le règlement de la succession, ou de problèmes de comportements qu’il serait souhaitable d’éviter, un avocat spécialisé en succession est le pivot tout indiqué pour régler ces questions.

Certaines notions, comme des royautés sur une invention ou des œuvres revenant aux ayants droit, peuvent sembler un charabia pour quiconque n’est pas familier avec la gestion de ce type d’avoirs. C’est pourquoi un avocat familier avec tous les aspects légaux d’une succession est un atout indispensable pour garantir la sécurité et la tranquillité d’esprit de vos héritiers.

L’avocat en succession pourra analyser et interpréter les contrats d’assurance, verra à gérer les réclamations, arbitrera les conflits et supervisera tous les aspects juridiques relatifs à la transmission de vos biens.

Dites-vous que vous ne le faites pas seulement pour vous, mais pour que vos héritiers puissent bénéficier de l’héritage que leur laissez. Et surtout, soyez prévoyants : dès qu’un patrimoine a commencé à se constituer, songez à assurer que votre volonté soit faite, surtout après votre décès.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.