Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 août 2017 - 09:17 | Mis à jour : 09:20

Communauté intelligente : vers une carte du citoyen numérique à Blainville

Par Salle des nouvelles

Il y a un an, l’administration du maire Richard Perreault franchissait un pas important dans son évolution à titre de communauté intelligente en annonçant un important projet d’innovation.  
 
Déjà reconnue pour son caractère novateur, la Ville de Blainville participe en effet au développement d’une plateforme appelée B-CITI, réalisée en collaboration avec un fournisseur externe ainsi que plusieurs partenaires issus de l’industrie des technologies de l’information, des universités et du milieu municipal. 
 
Le maire Richard Perreault tenait à faire une mise à jour de ce projet : « Nous souhaitons livrer aux Blainvilloises et aux Blainvillois un outil de qualité, convivial et facile d’utilisation, explique-t-il. C’est pourquoi nous avons choisi de prendre le temps nécessaire afin d’effectuer tous les tests possibles avant de le présenter à la population. À ce sujet, depuis juillet, le portail B-CITI est ouvert à certains employés qui participent au pilote de ce nouveau service à titre d’ambassadeurs. Nous sommes donc en période de rodage et nous serons bientôt prêts à le déployer. » 
 
Déploiement cet automne  
L’administration municipale prévoit déployer sa nouvelle plateforme au cours de l’automne 2017. Les employés seront formés afin de bien répondre aux questions des résidentes et des résidents. Ces derniers pourront créer leur compte sur le portail B-CITI. Ils auront alors accès à leur profil (renseignements sur le citoyen) et à une banque de connaissance leur permettant de retracer rapidement les informations usuelles.  
 
« Les Blainvilloises et les Blainvillois pourront transmettre leurs requêtes à la Ville et en effectuer le suivi par le biais de ce portail, mais également s’inscrire au système automatisé de messages afin de recevoir les avis d’urgence, accéder à une banque de connaissance qui répondra à leurs questions et participer à des sondages. Dans un horizon à court terme, il sera aussi possible de renouveler sa carte du citoyen, qui sera numérique et accessible sur les téléphones intelligents. Une version mobile et d’autres fonctionnalités s’ajouteront également », indique Patrick Marineau, président de la Commission des communications et des technologies de l’information.  
« Ce projet d’innovation positionnera Blainville parmi les chefs de file en matière de communauté intelligente au Québec. Surtout, il permettra aux Blainvilloises et aux Blainvillois d’accéder aux informations concernant leur municipalité sur leur appareil mobile. Ce n’est qu’un début puisque d’autres initiatives suivront pour améliorer notre performance sur le plan des services numériques. Je suis persuadé que nos concitoyennes et concitoyens seront nombreux à adhérer à cette vision d’une communauté intelligente », conclut le maire Richard Perreault. 
 
Sur la photo:
France Sylvain (administratrice de la Société de promotion des pôles commerciaux de Blainville), Christian Fréchette (président de l’AGAB, soit l’Association des gens d’affaires de Blainville), Louise Martel (directrice du Service des technologies de l’information à la Ville de Blainville), Richard Perreault (maire de Blainville), Stéphanie Gingras (directrice générale de l’AGAB), Patrick Marineau (président de la Commission des communications et des technologies de l’information et conseiller municipal) et Chrystian Huot (administrateur de l’AGAB).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.