Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 juin 2012 - 10:36 | Mis à jour : 11:35

Bois-des-Filion : les viaducs inutiles pourraient servir

Par Simon Dessureault

Les ponts à étagement (viaducs) le long de l’autoroute 19, et qui enjambent la 640 à Bois-des-Filion, vont peut-être finalement servir un jour. Rien n’est toutefois « coulé dans le béton » pour ces ponts inutilisés depuis presque 40 ans.

« Ces viaducs font partie de la définition du projet du parachèvement de l’autoroute 19, mais ce n’est qu‘un projet proposé et il n’y a rien d’officiel. On est pour l’instant à l’étape de l’étude d’impact pour l’environnement. Il faut d’abord voir ce que le ministère de l’Environnement va décider », a affirmé Marie-Claire Picard, porte-parole au ministère des Transports du Québec (MTQ) Laval-Milles-îles.

Les quatre ponts de ce secteur (dont les trois inutilisés) ont coûté 1,3 M$ au début des années 1970. Le MTQ évalue aujourd’hui une structure semblable à environ 8 M$.

Peut-être les démolir?

La Ville de Bois-des-Filion ne souhaite pas nécessairement de son côté que ces viaducs servent finalement un jour pour le parachèvement de l’autoroute 19.

« On préconise que seulement deux de ces ponts soient utilisés pour enjamber la 640. Les ponts sont en bon état et il s’agit de voir s’ils vont s’agencer avec la configuration contemporaine. C’est coûteux à entretenir et ces ponts doivent faire l’objet d’inspection annuellement ou presque. Ce n’est pas souhaité de garder des structures justes pour les garder. S’il n’est pas nécessaire qu’il y ait quatre viaducs, alors aussi bien les démolir », a affirmé Paul Larocque, le maire de Bois-des-Filion, lors d’un entretien téléphonique.

Cette situation inusitée est le résultat d’une planification routière déficiente du ministère des Transports du Québec (MTQ) de l’époque.

Au printemps 1972, le ministère voulait bâtir une autoroute qui devait relier Montréal à l’autoroute 50. Ces ponts avaient alors été bâtis dans le cadre de ce projet. Des commerçants et des propriétaires de Bois-des-Filion situés à cet endroit avaient été expropriés. Le centre-ville avait été rasé

« En 1976, le gouvernement du Québec a imposé un moratoire sur toutes les constructions d’autoroutes. Elles ont recommencé à se construire seulement une dizaine d’années plus tard », a pour sa part expliqué Jean Goulet, le directeur des communications de la Ville de Bois-des-Filion.

Bois-des-Filion rêve de recréer le centre-ville d’antan

L’expropriation de l’époque a divisé Bois-des-Filion en deux alors qu’une immense partie de terrain inutilisée appartenant au MTQ se retrouve le long de l’autoroute 19 entre la 640 et le boulevard Adolphe-Chapleau.

« Une partie de ce terrain va être utilisé pour le parachèvement de la 19. On ne connaît pas encore la superficie qui sera utilisée. On veut que l’autoroute 19 soit la plus étroite possible et on souhaite ardemment qu’il reste de la place à cet endroit. Ces espaces excédentaires permettraient de faire du développement pour qu’on puisse recréer l’ancien centre-ville des années 1970 », a expliqué Paul Larocque, le maire de Bois-des-Filion.

Le MTQ ne peut de son côté confirmer qu’une partie de ce terrain servira au parachèvement.

« La géométrie finale de ce carrefour autoroutier ne pourra pas être définie tant que l’on n’aura pas complété la procédure environnementale. Mais ce terrain fait partie de la géométrie du carrefour. Les plans et les dimensions des terrains avoisinants ne peuvent donc pas être encore décidés », a expliqué Marie-Claire Picard, porte-parole au ministère des Transports du Québec (MTQ) Laval-Milles-îles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.