Publicité
23 décembre 2014 - 15:27

Équité Santé Basses-Laurentides s'adresse à Gaétan Barrette

Simon Servant

Par Simon Servant, Journaliste

Twitter Simon Servant

Le mouvement Équité santé Basses-Laurentides (ÉSBL) a envoyé, lundi, une lettre au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, afin qu'il y ait des changements dans les Basses-Laurentides.

Dans sa lettre, ÉSBL souhaite corriger l'iniquité en matière de financement par l'implantation de nouvelles modalités budgétaires. Celle-ci fait suite à la conférence, faite en novembre, parle mouvement.

Souhaitant travailler avec le gouvernement, le mouvement a soulevé quelques points importants comme la fragilité du système, l'accroissement de la population ou le vieillissement de la population, entre autres, surtout dans la région.

"L’utilisation de budgets historiques n’a jamais pris en compte ces changements démographiques importants.  En conséquence, nous sommes sous-financés depuis des décennies et nos services n’ont jamais été adéquatement développés", était-il indiqué dans la lettre.

ÉSBL se veut la voix des citoyens, qui expriment leurs craintes quant à leur santé et celle de leurs proches. Cette dernière souhaite qu'il y ait des réformes afin de résoudre la crise en santé, dont les effets se font ressentir dans les Basses-Laurentides.

"L’abolition de l’utilisation de budgets historiques en santé et l’instauration d’un système budgétaire qui est sensible aux changements démographiques de chaque région au Québec permettra d’améliorer la qualité des soins, de développer les plateaux techniques manquants et d’investir dans les infrastructures des Basses-Laurentides, sans investir davantage d’argent dans le réseau de la santé au Québec", était-il écrit.

Il restera à voir si cette lettre aura des échos de la part du ministre dans les prochaines semaines.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.