Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
25 mars 2015 - 18:03 | Mis à jour : 18:11

1er avril prochain

Restructuration majeure du réseau de la santé

Simon Servant

Par Simon Servant, Journaliste

Twitter Simon Servant

L'adoption du projet de loi 10 mènera, le 1er avril prochain, à une restructuration complète du réseau de la santé, dont les répercussions se feront sentir au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Thérèse-De Blainville.

Adopté sous bâillon le 7 février dernier, le projet de loi a pour but de transformer le réseau d'établissements de services sociaux. Dès la semaine prochaine, ce nombre passera de 182 établissements à 34.

Parmi ceux-ci, 13 centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) engloberont les différents CSSS de leur région. Ces CISSS se verront confier la majorité des services de santé et de services sociaux au cœur d'un réseau territorial de services.

« Dans les Laurentides, il y avait une agence de la santé et des services sociaux, un centre de réadaptation en dépendance, le Centre du Florès, sept CSSS, un centre jeunesse et la Résidence de Lachute. Maintenant, tout ça formera un seul établissement. Il n'y aura plus d'agence et les conseils d'administration, les équipes de direction et les rapports annuels de gestion passeront de 12 à un. Les points de services demeureront toutefois les même », a expliqué Diane Filiatrault, directrice générale du CSSS Thérèse-De Blainville.

Au total, 13 000 employés seront fusionnés dans la région des Laurentides et ce sont 950 millions de dollars de budget qui seront gérés par cette nouvelle structure. Le CISSS des Laurentides couvrira un territoire de 20 533 km², pour une population approchant les 600 000 habitants.

Économie substantielle

Ce genre de restructuration aura majoritairement un impact sur le cadres supérieurs et le personnel administratif. En regroupant de la sorte les établissements en santé et services sociaux, le gouvernement souhaite réduire le nombre de paliers de gestion et de conseils d'administration ainsi qu'alléger les structures administratives et la bureaucratie. Une économie de 220 millions par année a été avancée.

Le personnel administratif avait jusqu'au 31 mars pour prendre une décision concernant leur avenir au sein de cette restructuration. Les employés pouvaient choisir d'être replacés ou de choisir le départ du secteur. Environ une vingtaine de cadres sont touchés au CSSS Thérèse-De Blainville.

Nominations

Possédant 36 ans d'expérience dans le réseau de la santé et des services sociaux, Mme Filiatrault a décidé de céder son poste et ainsi prendre sa retraite. Elle deviendrait donc la dernière directrice de ce CSSS sous la forme qu'on connaît actuellement.

Le 1er avril, Jean-François Foisy agira maintenant à titre de président-directeur général du nouveau CISSS, lui qui occupait le poste de directeur général de l'Hôpital Santa Cabrini depuis quatre ans. Son adjoint sera Daniel Corbeil, qui était directeur général du  CSSS Lucille-Teasdale depuis 2011.

La présidente du conseil d'administration, Monique Laurin, tournera également la page sur cette aventure, la semaine prochaine.

« Des gens de notre conseil d'administration représentaient la population et leurs besoins. Le nouveau ne pourra pas représenter aussi adéquatement les besoins des régions dans les Laurentides. Je crois que nous parlons d'une perte à cet égard et nous espérons que des gens vont être interpellés localement. Notre CSSS desservait tout de même 28 % de la population des Laurentides », a-t-elle indiqué, remerciant au passage tous les membres pour leur engagement et leur générosité au fil des années.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.