Publicité
17 janvier 2019 - 08:57

Texte commandité

Qu’est-ce qu’une maison de thérapie?

En 1978, René Lévesque était Premier ministre du Québec, Grease arrivait au cinéma… et l’Organisation mondiale de la santé reconnaissait enfin l’alcoolisme comme maladie. Cette déclaration aura eu pour effet d’inciter les personnes atteintes de joindre des maisons de thérapie pour entamer leur processus de guérison.

Simplement dite, ces maisons ont pour mission d’aider leurs résidents à retrouver le contrôle de leur vie par un programme personnalisé. Comme les conséquences de la dépendance se manifestent sur de nombreux plans (social, physique, professionnel, économique…), elles aident les personnes affectées de plusieurs manières.

Comment ça fonctionne?

 

Les personnes qui souffrent d’alcoolisme, de toxicomanie ou de dépendance aux médicaments trouvent dans les maisons de thérapie un environnement paisible, structuré et propice à l’introspection. Il existe des centres de thérapie en milieu urbain comme à la campagne; pour leur part, les Maisons Péladeau sont nichées dans les Laurentides.

On trouve deux maisons de thérapie chez Les Maisons Péladeau : Pavillon Pierre-Péladeau et Maison Raymonde-Chopin-Péladeau. L’un accueille les hommes et l’autre, les femmes. Les résidents qui poursuivent le chemin de la sobriété comptent sur l’accompagnement constant d’une équipe formée en toxicomanie, intervention psychosociale, santé mentale, prévention du suicide et criminologie.

Des activités et ateliers alimentent le quotidien de ces haltes qui durent généralement de trois à quatre semaines, une durée qui varie en fonction des besoins et de l’évaluation médicale et psychologique de chacun. Le programme suit les douze étapes du Mouvement des Alcooliques Anonymes

 

 Comme les proches des résidents souffrent aussi des répercussions de l’alcoolisme et de la dépendance, ils y trouvent également de l’écoute et du soutien

Comment y serai-je traité?

 

Reconnaître son problème, c’est faire un pas immense vers l’abstinence. Les échanges thérapeutiques entre résidents et avec le personnel créent une atmosphère sereine où personne n’est jugé ni infantilisé. Un jour à la fois, les alcooliques y reprennent le contrôle de leur vie.

Les résidents des Maisons Péladeau sont des adultes autonomes et traités comme tels. La maladie affecte leur volonté, mais ils sont tout de même responsables de prendre soin d’eux-mêmes. Toutes les étapes du processus de guérison sont suivies avec respect et dignité : celles-ci vont d’ailleurs au-delà du sevrage. Les résidents sont aussi accompagnés dans leur parcours de guérison mentale, physique et spirituelle.  

Le soutien offert par les maisons de thérapie ne prend pas fin en même temps que le séjour. Le personnel des centres poursuit sa mission avec un plan de sortie individualisé qui aide les anciens résidents à réintégrer leur vie normale, maintenir leur abstinence et retrouver leur estime de soi.

 

Choisir de joindre une maison de thérapie, c’est choisir de guérir son corps, son âme et son esprit pour vaincre son alcoolisme et mener une vie saine et heureuse.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.