Publicité

5 avril 2020 - 07:14 | Mis à jour : 09:48

COVID-19 : La CSN qualifie d’insultantes les primes salariales du secteur préhospitalier

Par Salle des nouvelles

Les paramédics, répondantes et répondants médicaux d'urgence (RMU), et le personnel de soutien de la CSN dénoncent les primes salariales en vigueur dans l'arrêté ministériel concernant le secteur préhospitalier qu'ils jugent non seulement insuffisantes, mais insultantes.

« À nos yeux, il ne fait aucun sens que les primes accordées à notre secteur soient de 4 % tandis que le reste des corps de métiers qui sont en première ligne ont des primes de l'ordre de 8 % », affirme Jean Gagnon, paramédic et responsable du secteur préhospitalier de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

« Face à l'ampleur de la crise sanitaire dans laquelle nous nous trouvons, la reconnaissance de celles et de ceux qui sont confrontés quotidiennement à la pandémie est une nécessité. Une offre aussi basse, c'est un manque de respect envers notre travail et un affront considérant les risques qu'on prend au quotidien », ajoute le représentant syndical.

Pour Lucie Longchamps, vice-présidente des secteurs privés de la FSSS-CSN, il est inconcevable que les primes accordées dans le secteur soient inférieures à celles de la première ligne, quand on sait que l'élément sur lequel le gouvernement s'est basé pour les fixer est la fréquence des contacts.

« Lorsqu'on voit que les paramédics portent directement secours et assistance à des personnes porteuses de la COVID-19, on ne comprend pas que le ministère choisit de leur donner des primes inférieures à celles qu'il a accordées au reste du réseau. Les conditions dans lesquelles les paramédics travaillent actuellement ont un impact sur leur santé et sur celle de leur famille, au même titre que les travailleuses et les travailleurs dans les établissements. »

Les syndicats du secteur préhospitalier dénoncent également le fait que les répartiteurs médicaux d'urgence ne soient pas considérés dans l'octroi des primes accordées aux travailleuses et aux travailleurs de la santé et des services sociaux alors qu'ils fournissent des services essentiels et nécessaires en ces temps de pandémie.

Rappelons que la FSSS-CSN est la plus importante organisation syndicale dans le secteur des soins et des services préhospitaliers d'urgence au Québec. Elle représente plus de 3600 syndiqués parmi lesquels on retrouve des paramédics en soins primaires et en soins avancés, des répondantes et répondants médicaux d'urgence (RMU), du personnel de bureau ainsi que du personnel de soutien, comme les mécaniciens et les préposés.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.