Publicité

31 octobre 2020 - 14:00

Référendum de 1995

La députée Louise Chabot souligne le 25e anniversaire du référendum

Par Salle des nouvelles

À l’occasion du 25e anniversaire du référendum, le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, et la députée de Thérèse-De Blainville ont tenu à souligner cet événement en faisant preuve d’optimisme.

Ce 30 octobre, il y a 25 ans, les Québécois votaient « Oui » à 49,9 %, faisant
largement progresser l’option souverainiste à la suite des 40 % obtenus au
premier référendum de 1980.

« Dans mon esprit, ce ne fut pas la fin de l’idée, mais bien un moment de
progression extraordinaire. Notre devoir maintenant, en tant que Québécois et souverainistes, est de continuer d’avancer et de comprendre ce qui aurait pu être fait autrement pour que la prochaine fois soit la bonne
», a déclaré Yves- François Blanchet.

Vingt-cinq ans après le second référendum sur l’avenir du Québec, Mme Chabot se remémore le dénouement serré de ce second référendum, tout en précisant que l’avenir du mouvement n’est pas hypothéqué, loin de là.

« L’énergie du nouveau chef du Parti Québécois, la présence forte du Bloc
Québécois à Ottawa ainsi que les agressions répétées du fédéral contre le
Québec plantent un décor où le Québec pourra de nouveau mettre en scène sa marche vers la souveraineté
», a affirmé la députée de Thérèse-De Blainville.

« L’indépendance, nous la ferons parce que les gens qu’on aime, la culture
québécoise, les valeurs qui nous forgent et la langue qui nous définit méritent
de s’épanouir en toute liberté. Pour ce faire, le Québec a besoin d’être en
possession de tous ses moyens!
», de conclure Mme Chabot.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.