Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 mai 2018 - 08:00

Les policiers blainvillois portent maintenant un "taser" à leur ceinturon

Depuis le 19 avril, douze policiers du Service de police de Blainville patrouillent avec une pièce d’équipement supplémentaire à leur ceinturon soit une arme à impulsion électrique, communément appelée Taser.

La direction du Service de police tenait à déployer cette arme intermédiaire qui offre une nouvelle option pour les policiers et permettant des interventions plus sécuritaires pour tous. À noter qu’au cours des dernières années, quatre coroners différents ont recommandé aux services policiers d’être muni de cet équipement.

Lorsqu’utilisée, l’arme à impulsion électrique provoque instantanément une dysfonction biomécanique générale ou locale permettant au policier d’avoir un avantage temporaire et ainsi contrôler physiquement un individu.

Au-delà de l’utilisation, les études antérieures démontrent que dans plus de 70 % des cas, seule la démonstration de l’arc électrique est suffisante pour convaincre un individu de se rendre sans qu’un contact physique soit nécessaire.

Cela a comme résultat d’éviter des risques de blessures autant pour le policier que pour le sujet appréhendé. L’arme peut s’avérer très efficace, et ce, même auprès d’une personne en psychose avec qui il n’y a aucun dialogue possible.

À noter que le nombre de policiers formés doublera dès 2019. Cette formation est accréditée par l’École nationale de police du Québec et permet aux agents de se familiariser avec l’appareil et les diverses formes d’intervention. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.