Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
25 mai 2018 - 14:35

Jean-François Morrison comparaît devant les tribunaux

Par Salle des nouvelles

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec a procédé, hier, à l’arrestation de Jean-François Morrison, de Saint-Jérôme en lien avec une série d’actes à caractère sexuel commis dans l’exercice de ses fonctions.

Lors de séances de massage, Jean-François Morrison, 37 ans, aurait effectué des attouchements sexuels sur ses clientes. Suite à son arrestation en avril dernier, plus de vingt nouvelles victimes d’agressions sexuelles se sont manifestées et ont été rencontrées par les policiers de la Sûreté du Québec en partenariat avec les policiers du service de police de la ville de St-Jérôme. L’enquête tend à démontrer qu’il pourrait y avoir d’autres victimes. 

Il a comparu au palais de justice de Saint-Jérôme où il a fait face à plus de 20 nouvelles accusations d’agression sexuelle et une accusation d’avoir fait la publication non-consensuelle d’une image intime.

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifié au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes.

La Sûreté du Québec sollicite le public afin d’identifier d’autres victimes potentielles. Toute information au sujet de cet homme ou de ses agissements peut être transmise de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.