Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 novembre 2017 - 11:30

Ingénieur : est-ce toujours un métier d'avenir ?

Article commandité

L’ingénierie compte de nombreux métiers, de la recherche-développement à la gestion de projets en passant par le management ou le développement… Les perspectives d’emploi y sont d’autant plus nombreuses qu’une importante pénurie de main-d’œuvre s’annonce du fait de départs à la retraite sans précédent dans la profession. Les diplômés sont donc très recherchés dans l’ensemble du territoire et ils n’auront que l’embarras du choix.

Les ingénieurs civils au Québec

Les investissements dans la construction du fait de la relance économique sont nombreux. La recherche de nouveaux matériaux, la fabrication, les économies d’énergie, la gestion environnementale, la gestion des risques liés aux changements climatiques sont des domaines très porteurs pour l’emploi.

Les ingénieurs électriciens et électroniciens

Ces concepteurs du monde moderne et superviseurs d’installations doivent faire face à 65% de départs à la retraite. Autant dire que le métier à de beaux jours devant lui. Les domaines d’application sont vastes : moteurs électriques, systèmes de radar, de navigation, de communication, réseaux sans fil, production d’électricité représentent plus de 1800 emplois par an d’ici les prochaines années.

Les ingénieurs d’industrie et de fabrication

70% de ces ingénieurs doivent partir à la retraite et les entreprises recherchent activement de nouveaux talents pour la conception des usines et des machineries, mais aussi l’étude des coûts de production et du temps, des programmes de simplification de travail et d’utilisation optimale des machines. Ainsi, 600 emplois doivent être libérés chaque année dont la moitié en Ontario.

Les ingénieurs en logiciel

Ce secteur représente une perspective de 1250 emplois par an pour les cinq prochaines années pour la conception de réseaux informatiques, de téléphones intelligents, de dispositifs médicaux, de systèmes financiers… Des domaines d’application très vastes qui exigent également des ingénieurs pour la maintenance et l’amélioration des systèmes existants.

Et ce n’est pas tout. Le génie mécanique promet 2100 emplois par an pour résorber 60% des départs à la retraite des ingénieurs tout comme l’ingénierie chimique qui enregistre 70% de postes laissés vacants d’ici les prochaines années, de quoi réjouir les jeunes diplômés qui n’auront aucun mal à trouver facilement un emploi pour ingénieur. Du côté de l’aérospatial, l’âge moyen des ingénieurs en poste augmente, représentant ainsi une grosse demande de main-d’œuvre dans un avenir proche.

Force est de constater que ce secteur ne connaîtra donc pas le chômage avant longtemps et que l’innovation constante de notre monde en marche promet de belles et rapides carrières. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.