Publicité

15 mai 2020 - 14:31

Les agents ont des raisons de penser que d'autres personnes ont subi ses actes

La police de St-Jérôme recherche d'autres victimes de Claude Bigras

Par Salle des nouvelles

Le 11 mai, l’accusé Claude Bigras a plaidé coupable aux accusations de voyeurisme. Il purge actuellement sa sentence pour cette infraction.

Suite à la médiatisation du mois dernier, deux victimes ont été rencontrées par les enquêteurs et d’autres accusations ont été portées contre lui. Au total, sept nouveaux chefs d’accusation ont été déposés contre Bigras en rapport à des agressions sexuelles et à de l’exploitation sexuelle. Les procédures se poursuivent à la cour dans ces dossiers.

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée dans le cadre de cette enquête, à laquelle collabore également le service de police de Saint-Jérôme. Il s’agit d’une structure de commandement unifié au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation.

Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes. Les enquêteurs du SPVSJ sont d’avis que Claude Bigras aurait possiblement fait d’autres victimes. 

La police sollicite la collaboration des citoyens dans ce dossier evrecherche de potentiels témoin(s) ou victime(s) de Claude Bigras en rapport à des actes de voyeurisme, agression sexuelle, exploitation sexuelle ou autres. POur reporter ces actes,  il est possible de contqcter l’enquêteur au dossier (450) 432-3000, poste 2276.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.