Publicité

11 juillet 2021 - 15:00

Taux d’occupation élevés dans les urgences des Laurentides 

La population doit éviter les urgences en cas de problèmes de santé non urgents

Par Catherine Deveault

En raison des taux d’occupation élevés dans ses urgences,  particulièrement à l’Hôpital de Saint-Eustache, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides demande à la population ayant des problèmes de santé non urgents d’opter pour d’autres  solutions que de se rendre à l’urgence. 

Les usagers dont la situation n’est pas urgente sont invités à consulter leur médecin de famille, leur  pharmacien, un médecin dans une clinique sans rendez-vous ou encore à communiquer avec Info-Santé, en composant le 811, où une infirmière pourra les conseiller et les diriger vers le service approprié. 

Le président-directeur général adjoint, M. Jean-Philippe Cotton, assure toutefois que les cas urgents seront pris en charge rapidement dans les six hôpitaux de la région. « Une personne dans une situation critique et instable ne doit pas hésiter à se rendre à l’urgence. Nous ne voulons en aucun cas priver une personne des soins essentiels dont elle a besoin », affirme M. Cotton. 

Plusieurs actions sont en place afin de soutenir les équipes de soins, dont une collaboration avec les équipes de paramédics et les groupes de médecine familiale (GMF) afin de réorienter les personnes n’ayant pas besoin de soins immédiats. Le CISSS des Laurentides remercie la population pour sa collaboration.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.