Les propriétaires-franchisés Antoine Marsan, 19 ans, et William Simard, 20 ans, prennent d’assaut le marché du sushi dans les Laurentides avec l’ouverture d’un cinquième comptoir-restaurant Aki Sushi. Après avoir inauguré les succursales de St-Jérôme, St-Antoine, Blainville et Ste-Sophie dans les épiceries Metro, les jeunes entrepreneurs s’apprêtent à ouvrir une nouvelle succursale à Ste-Thérèse en début d'année. Ils ont de plus inauguré la deuxième bannière Aki Tartare de la province à la succursale Aki Sushi de Blainville. 

La franchise étant un modèle entrepreneurial reconnu, éprouvé et fort attrayant tant auprès des entreprises que des individus désirant se lancer en affaires, les deux associés ont choisi de faire le saut au sein de la grande famille Aki Sushi. Pour la chaîne québécoise Aki Sushi, qui comptera bientôt 100 comptoirs-restaurants à son réseau de franchises, les jeunes entrepreneurs comme Antoine et William représentent l’avenir. « Nos jeunes franchisés sont très motivés et impliqués. Ils assurent une régularité à travers les succursales, une gestion efficace du personnel, mais surtout, ils veillent à la qualité du service et à la satisfaction de nos clients », affirmait le président d’Aki Sushi, Claude Guay. 

Aki Sushi conquit le Québec !
Un comptoir franchisé en épicerie ; un chef présent 7 jours sur 7 ; des sushis de qualité restaurant toujours frais du jour ; voilà le concept créé par Aki Sushi. En à peine deux ans, le chiffre d’affaires d’Aki Sushi est passé de 10 millions $ à 24 millions $. Chaque année, la chaîne spécialisée enregistre une augmentation des ventes variant entre 10 à 12 % par succursale. Avec l’arrivée récente de la bannière Aki Thaï en 2015, qui compte déjà 16 succursales, et celle d’Aki Tartare plus tôt cette année, Aki Sushi est très optimiste face à l’avenir. Avec bientôt 100 succursales, Aki Sushi continuera d’accroître sa présence en épicerie, en plus de développer ses bannières Aki Thaï et Aki Tartare au sein de ses comptoirs-restaurants existants.