Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Crise des médias

Des compressions importantes semblent inévitables à la CBC/Radio-Canada

durée 09h00
8 novembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

La saignée des médias est loin d’être terminée alors qu’il faut s’attendre à des réductions importantes de postes à CBC/Radio-Canada.

Devant un parterre de quelque 300 convives invités par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, mardi, la présidente-directrice générale de la société d’État, Catherine Tait, a confirmé qu’il y aura une coupe de 100 millions $ dans le prochain budget annuel du diffuseur public et qu’«il y aura des décisions difficiles à prendre».

« C'est une situation sérieuse, mais on est au début d'un processus pour examiner tous nos scénarios. On essaie de couper et de réduire les dépenses comme les voyages ou les dépenses discrétionnaires », a-t-elle avancé.

Contribution « juste et équitable »

Bien qu’il soit évident que de couper dans les voyages et autres dépenses ne permettra pas d’aller chercher 100 millions $ d’économies, Catherine Tait refuse de s’avancer plus loin lorsqu’il est question d’emplois menacés. 

Pressée de questions à la suite de son allocution sur la répartition de ces compressions à venir entre les services français et anglais et entre l’information et les autres services de CBC/SRC, elle s’est contentée d’une réponse plutôt générique, affirmant que «chaque composante va contribuer d'une façon juste et équitable».

Elle a aussi rappelé que la société d’État a cessé de combler les postes vacants et que la direction possède «plusieurs outils pour minimiser l'impact sur nos employés et, surtout, sur nos services aux Canadiens». 

Protéger les services d'information

Elle a cependant ajouté que, dans l’analyse des multiples scénarios qui est en cours, «c'est absolument important de protéger nos services d'information, essentiel même».

On pourrait en savoir davantage prochainement, alors que la haute direction se réunira avec le conseil d’administration «à la fin de novembre et puis là on va quand même commencer l'exercice», qui doit mener à un budget aminci pour l'exercice financier de l'année prochaine.

Une industrie asphyxiée

Catherine Tait a fait allusion aux pertes d’emplois chez TVA, à la fermeture de Métro et autres appauvrissements de l’offre d’information au Québec et ailleurs au Canada, parlant d’une tendance qui se poursuit dans l’industrie et qui est systémique.

«C'est maintenant clair: la concurrence déréglementée des géants numériques étrangers est en train d'asphyxier notre industrie», a-t-elle plaidé.

«En plus du déclin des revenus tirés des abonnements et de la publicité à la télévision traditionnelle, la transition de nos médias vers le numérique est compliquée par la domination de Meta et de Google sur ce marché publicitaire en croissance», a expliqué la PDG de Radio-Canada, tout en dénonçant le blocage des nouvelles par Meta qui, en plus d’ajouter aux difficultés de l’industrie, «laisse les fausses nouvelles se propager sur Facebook et Instagram».

Problème systémique

Comme tous les analystes qui se sont penchés sur le problème, elle estime qu’il s’agit d’un problème structurel et systémique où les géants numériques ont l'avantage d'un marché mondial, d’une absence de réglementation et qui n’ont un seul objectif, soit d’engranger des revenus. «Ils n’ont pas le mandat de servir le public.»

En discussion avec Mme Tait, le président de la Chambre de commerce, Michel Leblanc, a reconnu que «tout le système d'information, qui est absolument essentiel, est fragilisé et le grand paradoxe de la situation, c'est que peut-être depuis des décennies c'est le moment où on a le plus besoin d'avoir un système d'information indépendant, basé sur des faits».

Il a insisté sur l’importance, pour le milieu d'affaires, «d'avoir un système extrêmement rigoureux, un système bien soutenu, un système qui a sa place» en matière d’information.

Manifestants et polarisation

Mme Tait s’est aussi longuement attardée sur l’importance d’avoir un diffuseur public et sur ses craintes de voir l’existence de ces services s’éroder, érosion déjà amorcée dans certains pays, une situation qu’elle impute au populisme. Selon elle, la présence d’un diffuseur public réduit la polarisation grâce à la production d’une information indépendante.

Ironiquement, son discours a été interrompu à trois reprises par des manifestants propalestiniens qui ont accusé la société d’État de contribuer au génocide palestinien en refusant de le nommer comme tel dans sa couverture de l’actuel conflit israélo-palestinien. 

Mme Tait a répliqué qu’elle avait essuyé des critiques exactement opposées sur la couverture du conflit provenant de membres de la communauté juive alors qu’elle comparaissait en commission parlementaire, une illustration, selon elle, de cette polarisation issue des réseaux sociaux.

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Étude: les droits des non-syndiqués sont mal protégés, favorisant les accidents

Malgré la réforme du régime de santé et de sécurité du travail, les droits des personnes non syndiquées au Québec sont moins bien protégés, ce qui favorise les accidents de travail et les maladies, soulève une nouvelle étude de l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS). Selon l'étude publiée jeudi, la loi modernisant le ...

durée Hier 18h00

L'UPA lance un appel à l’aide pour faire face à la baisse de revenu

L'Union des producteurs agricoles (UPA) lance un appel à l’aide pour faire face à la baisse de revenu net des agriculteurs. Selon un communiqué diffusé par l’UPA mercredi, Agriculture et Agroalimentaire Canada prévoit que le revenu net agricole québécois passera de 959 millions $ en 2022 à 487,1 millions $ en 2023 et à 66 millions $ en ...

durée Hier 9h00

La règle sur les inscriptions en français pourrait augmenter le prix de produits

Selon un groupe industriel et une avocate montréalaise, la réglementation québécoise proposée, qui exigerait davantage d'inscriptions en français sur les produits de consommation, entraînerait un choix plus restreint et des coûts plus élevés pour des produits tels que les appareils électroménagers. En vertu de la loi en vigueur, les marquages ...