Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L’AMF et l’OPC mettent la population en garde

Des faux prêteurs d'argent sévissent encore sur les médias sociaux

durée 15h00
2 mai 2022
Jean-Francois Desbiens
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Office de la protection du consommateur (OPC) mettent à nouveau la population en garde contre de faux prêteurs d'argent, qui utilisent notamment les médias sociaux pour recruter leurs « clients ».

Dans un communiqué publié ce lundi, les deux organisations indiquent qu'ils font miroiter des offres de prêts personnels, de prêts auto ou de prêts hypothécaires à des taux très avantageux, un stratagème pour exiger quelques milliers de dollars en frais divers, payables à l'avance par virements. Ils recueillent au passage des renseignements personnels hautement sensibles, comme les coordonnées bancaires des emprunteurs.

Les fraudeurs prétendent être affiliés à des institutions financières reconnues. Souvent, leur nom affiché ne correspond à aucune dénomination sociale enregistrée au Québec. Leur site Web peut être hébergé à l'extérieur du Québec.

Bien entendu, ces organisations ne disposent pas du certificat ou du permis requis, selon le cas, par l'AMF ou par l'OPC.

Comment se protéger

Les consommateurs ne devraient jamais solliciter un emprunt auprès d'une personne ou d'une organisation sans faire de vérifications. À l'exception des grandes institutions financières, les entreprises qui offrent des prêts d'argent doivent être titulaires d'un permis de l'OPC, et celles qui font du courtage hypothécaire, d'un certificat de l'AMF.

Qu'il s'agisse d'un prêteur ou d'un courtier, il ne devrait jamais être question de payer des frais à l'avance lorsque l'on cherche à emprunter. Surtout, comme les transferts de fonds peuvent ne pas être retraçables ou faire l'objet d'un rappel, on ne devrait jamais faire de virement bancaire à une entreprise ou à un individu, à moins de n'avoir aucun doute sur l'honnêteté du destinataire.

Les difficultés financières que vivent certaines personnes sont des occasions pour de sinistres fraudeurs d'abuser de la vulnérabilité des gens en offrant du financement ou des conseils en lien notamment avec les problèmes d'endettement.

L'AMF et l'OPC recommandent aux citoyens la plus grande prudence. Ils rappellent que les associations de consommateurs, regroupées sous le site ToutBienCalcule.ca, peuvent offrir des services-conseils gratuits et confidentiels aux personnes qui ont des difficultés liées à leurs finances personnelles.

Les consommateurs peuvent dénoncer à l'AMF ou à l'OPC les entreprises qui offrent illégalement du crédit. Celles qui commettent de la fraude doivent être rapportées à la police et au Centre antifraude du Canada.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Le Bureau de la concurrence enquête sur les pratiques de l'APCIQ

Le Bureau de la concurrence pourra poursuivre son enquête sur l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) et sa filiale, la société Centris. La Cour fédérale du Canada a en effet rendu une ordonnance enjoignant l'association à fournir des documents et des renseignements écrits. Le Bureau de la concurrence s'intéresse ...

Deux des enfants blessés dans l'accident dans une garderie obtiennent leur congé

L’accusé en lien avec le drame survenu dans une garderie de Laval n’avait pas d’historique officiel de santé mentale et n’apparaissait pas sur une liste d’attente pour recevoir de l’aide, a indiqué le ministre responsable des Services sociaux, Lionel Carmant. M. Carmant a révélé ces détails jeudi matin, après avoir fait des vérifications auprès ...

Québec: détérioration en un an du bilan routier en 2022 et par rapport à 2017-2021

Le bilan annuel que dresse mardi la Sûreté du Québec (SQ) en matière de sécurité routière montre une détérioration de plusieurs données en 2022, non seulement par rapport à l’année précédente, mais aussi en comparaison avec les moyennes calculées de 2017 à 2021. Par exemple, il y a eu 266 collisions mortelles l’année dernière, alors qu’il y en a ...