Publicité

31 janvier 2020 - 06:00

De 23h à 4h

Disparition de Simon Martel: deux barrages routiers à Terrebonne et Laval

Par Salle des nouvelles

Dans la poursuite de leurs recherches les policiers du Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion, effectueront deux barrages routiers ce vendredi 31 janvier de 23h à 4h sur la rue Chapleau à l’intersection de la rue Saint-Jean-Baptiste à Terrebonne ainsi qu’à l’intersection du boulevard des Mille-Îles et de la montée Masson à Laval.

Cette période coïncide avec le moment où le disparu a été vu pour la dernière fois. Le poste de commandement mobile sera sur place. Simon Martel, 18 ans, de Terrebonne est porté disparu depuis le 25 janvier vers 00h50 alors qu’il était en visite chez des amis sur la rue Chapleau à Terrebonne. Selon certains propos tenus, ses proches ont des raisons de craindre pour sa sécurité.

Pour rappel, Simon Martel mesure 1m75 (5 pi 9 po) et pèse 64 kg (140 lb). Ses cheveux sont courts et bruns, ses yeux sont bruns et le jour de sa disparition, il portait un chandail manches longues de couleur jaune avec inscription "Wu-Tang" sur le devant, ainsi qu'un manteau bleu royal, un pantalon de style jogging gris et des bottes d’hiver noires.

Toute personne ayant de l’information permettant de localiser Simon Martel est invitée à venir rencontrer les enquêteurs sur place ou à communiquer, en toute confidentialité, avec le Service de police intermunicipal de Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/Bois-des-Filion en composant le 450 471-4121 ou le 9-1-1.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.