Publicité

10 avril 2020 - 10:00

COVID-19

Le FIQ dénonce le manque de protection des soignants du CISSS des Laurentides

Par Salle des nouvelles

Hier matin, le FIQ – Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides a reçu la confirmation qu’une personne âgée du CHSLD de Saint-Jérôme (212 lits) a été déclarée  positive à la COVID-19. Le syndicat a voulu rappeler l'obligation de l’employeur de fournir les uniformes et de les entretenir dans l’objectif de protéger ses usagers et sa clientèle.

Le FIQ-SPS a profité de sa rencontre pour questionner les ressources humaines qui n'ont émis aucun commentaire. Selon ses membres, il faut protéger les aînés au maximum car c'est le meilleur moyen d’éviter la transmission communautaire et d’empêcher que le personnel travaille avec leurs propres vêtements ou uniformes.

« Déjà plus de 10 jours que nous exigeons du CISSS des Laurentides de fournir et entretenir les uniformes dans les CHSLD et dans d’autres centres d’activités. Ça n’a juste pas d’allure ce qui se passe aujourd’hui et le syndicat ne peut pas endosser la situation actuelle », s’indignait Denis Provencher, président intérimaire FIQ-SPSL.

Le syndicat affirme que le CISSS des Laurentides ne suit pas les consignes de son comité national, le CPNSSS. Les uniformes qui "dorment" sur les tablettes doivent être utilisés. L’établissement doit étendre son service de buanderie ou doit convenir de contrat de service avec des buanderies externe afin de rendre les uniformes disponibles, le plus rapidement possible.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.