Publicité

3 décembre 2020 - 15:00

« ...ce n'est pas réaliste de penser qu'on va réussir à réduire la progression du virus de façon satisfaisante d’ici Noël. » - François Legault

Québec annule Noël

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Devant la hausse constante des cas d’infections à la COVID-19, du nombre d’hospitalisation et des décès, face à la fragilité grandissante du réseau de la santé, le premier ministre du Québec, M. François Legault, résilie son contrat moral et interdit finalement les rassemblements à Noël.

Ainsi, les deux rassemblements permis entre le 24 et le 27 décembre sont officiellement interdits dans les zones rouges. Rappelons que dans les zones jaunes, les rassemblements de dix personnes sont acceptés, alors qu'en zone orange, le maximum de personne permis est de six.

« Si l’on regarde la situation, on est obligés de se rendre à l’évidence : ce n'est pas réaliste de penser qu'on va réussir à réduire la progression du virus de façon satisfaisante d’ici Noël », a laissé savoir le premier ministre. François Legault en a profité pour ajouter que cette décision est gouvernementale et non une recommandation de la Santé publique. 

En effet, celle-ci recommandait d’attendre le 11 décembre avant de prendre une décision. Toutefois, M. Legault estime qu’il est irréaliste de donner encore de l’espoir aux Québécois. 

Un réseau de la santé plus qu’à bout de souffle

« On peut penser qu’avec la plus récente hausse des cas, les hospitalisations vont continuer d’augmenter. La situation dans certains hôpitaux est fragile et on atteint presque la limite de ce que l’on est capable de faire. La capacité n’est pas infinie », ajoute M. Legault.

Le premier ministre poursuit en soulignant que le plus grand défi actuel dans le réseau de la santé reste au niveau du personnel. « On aura beau augmenter le nombre de lits un peu partout, il reste qu’on n’a pas du personnel à l’infini. » 

De son côté, le ministre de la Santé, M. Christian Dubé, a tenu à expliquer à quel point les travailleurs de la santé sont épuisés, et que c’est pour eux que Québec annonce l’interdiction des rassemblements durant les Fêtes. « Ça fait neuf mois qu’ils affrontent cette bataille. Ils ont tenu le Québec à bout de bras », a-t-il souligné. 

Des amendes pour les récalcitrants

Questionné à savoir comment il compte faire respecter l’interdiction des rassemblements, François Legault dit avoir confiance dans le sens des responsabilités des Québécois. « Personne ne veut regretter, toute sa vie, d’avoir infecté un membre de sa famille », ajoute le premier ministre. 

M. Legault précise tout de même que des discussions sont en cours avec les différents corps policiers de la province afin de voir comment il sera possible de faire appliquer le tout, durant la période des Fêtes.

Pas de changements pour les écoles et les entreprises

François Legault a profité, du point de presse, pour indiquer que les modifications annoncées au calendrier scolaire pour réduire la présence des élèves à l'école avant et après les Fêtes et que les mesures recommandées aux entreprises pour favoriser le télétravail durant cette période sont maintenues dans l'espoir de briser, au maximum, la deuxième vague.

D'ailleurs, les mesures mises en place sont toujours en vigueur jusqu'au 11 janvier.

Les derniers chiffres

Le plus récent bilan présenté par Québec fait état de 1470 nouveaux cas, 30 décès additionnels 737 nouvelles hospitalisations dont 99 aux soins intensifs. 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.