Publicité

14 janvier 2021 - 11:00

Mirabel

Le député Simon Marcil quittera à la fin de son mandat

Par Salle des nouvelles

De retour au travail depuis lundi après avoir éprouvé des problèmes de santé, Simon Marcil, député de Mirabel, a annoncé qu’il était pleinement dédié au service de la population jusqu’à la fin de son mandat, mais qu’il n’entendait pas en briguer un troisième lors d’une prochaine élection fédérale. 

« À travers cette difficile épreuve qu’est la pandémie, je suis fier de mon équipe et de son dévouement auprès des citoyens, des organismes et des entreprises de Mirabel. Je suis heureux d’annoncer que mon état de santé me permet enfin de reprendre pleinement mes fonctions. Cependant, alors que s’accentuent les rumeurs d’une élection en 2021, j’annonce que ne me représenterai pas à titre de député de Mirabel afin de prioriser ma famille. Je remercie la population de sa confiance et je l’assure que mon équipe et moi demeurons à son service jusqu’à la fin », a déclaré M. Marcil. 

Le bureau de circonscription de Mirabel maintient ses services du lundi au vendredi de 9h00 à 16h00, mais en télétravail jusqu’au 8 février prochain en raison du confinement mis en place par le gouvernement du Québec. 

Simon Marcil complétera ce deuxième mandat que lui a confié la population de Mirabel. Son passage en politique fédérale aura notamment été marqué par ses efforts pour protéger la gestion de l’offre à titre de porte-parole du Bloc Québécois en matière d’agriculture. En tant que porte-parole du parti en matière de travail, il a déposé, en 2018, un projet de loi pour assujettir à la loi 101 les entreprises de juridiction fédérale, interdire les briseurs de grève et compenser adéquatement les femmes devant se prémunir d’un retrait préventif. Le député de Mirabel continuera de militer pour l’indépendance du Québec au terme de son mandat. 

Plus de 500 personnes, entreprises et organismes à but non lucratif ont eu recours à Simon Marcil et à son équipe dans le cadre de la pandémie de COVID-19. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.