Publicité

26 février 2021 - 08:16 | Mis à jour : 08:23

À rôle symbolique, salaire symbolique

Salaire du gouverneur général: Simon Marcil dépose un projet de loi

Par Salle des nouvelles

Simon Marcil, député de Mirabel, a déposé un projet de loi à la Chambre des communes pour faire passer le salaire du poste de gouverneur général au montant symbolique d’un dollar, en plus d’abolir la pension de retraite associée à la fonction.

« À fonction symbolique, salaire symbolique. La prochaine personne à occuper Rideau Hall sera déjà logée et nourrie à grands coûts aux frais des contribuables. Pour le Bloc Québécois, c’est là une rémunération plus que généreuse pour assister à des réceptions mondaines », a fait valoir Simon Marcil.

Le projet de loi C271 établit que le gouverneur général recevra un « traitement annuel de 1 $ à partir du 1 er  février 2021 », plutôt que les 270 602 $ actuellement offerts à même les fonds publics. Le projet de loi C271 abolit également la pension de retraite du représentant ou de la représentante de la monarchie britannique.

Le Bloc Québécois est favorable à l’abolition du poste de gouverneur général. Toutefois, considérant l’ampleur de la procédure constitutionnelle requise, le député de Mirabel juge urgent de limiter immédiatement la facture remise aux contribuables québécois. 

« Il serait évidemment injuste de ne pas présenter aux intéressés les conditions réelles du poste que le fédéral leur offre. Ils ont le droit de savoir que la population ne tolèrera plus qu’ils reçoivent un salaire plus que trois fois plus élevé que la famille québécoise moyenne simplement pour parader au nom de la reine d’Angleterre. En attendant qu’on puisse se débarrasser de cette fonction inutile, il y a des limites à facturer le gros prix aux Québécois », a conclu Simon Marcil.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.