Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Obligatoire dans les transports en communs et milieux hospitaliers

Les Québécois pourront se démasquer dès le 14 mai dans les lieux publics

durée 12h30
4 mai 2022
Gabrielle Denoncourt
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

C’est aujourd’hui, en conférence de presse, que le directeur national par intérim de la Santé publique, Dr Luc Boileau, a annoncé que les Québécois pourront à nouveau circuler dans les lieux publics intérieurs sans le couvre-visage.

L'obligation du port du masque était en vigueur depuis 22 mois. 

Cela comprend aussi les écoles. Les élèves pourront faire toutes leurs activités, circuler dans les corridors et prendre le transport scolaire sans masque. Les enseignants et les éducatrices dans les centres à la petite enfance sont également inclus. 

Rappelons qu’au mois de mars, le ministre de la Santé avait annoncé qu’à partir de la mi-avril, cette mesure serait retirée, mais finalement les autorités avaient reculé sur cette décision se basant sur la situation épidémiologique et les recommandations de la santé publique.

Le 28 avril, le Dr Boileau avait indiqué qu’il y avait une forte probabilité que la date du 14 mai soit bien confirmée cette semaine. Il avait expliqué que le pic de la sixième vague était certainement chose du passé. La situation des hospitalisations s’était grandement améliorée. 

Par contre, les chiffres montraient hier une légère hausse des lits occupés dans les hôpitaux en raison de la COVID-19. 

Bien que la règle du port du masque obligatoire dans les lieux publics soit retirée, elle demeure bien en place pour les transports en commun. Le directeur par intérim explique que l'achalandage est plus difficile à contrôler et de mettre une distance entre les passagers. 

Dans les hôpitaux, les CHSLD et les cliniques médicales, il est demandé de mettre le masque. Également, il est fortement suggéré de le porter dans les résidences pour personnes âgées. Les personnes vulnérables devraient continuer à le porter.  

Il est demandé à la population de respecter les personnes qui continueront à le porter en tout temps. En effet, on peut observer dans les autres provinces que cette habitude est demeurée et il est toujours recommandé de le porter en cas de symptômes grippaux. 

« Même si le port du masque n’est plus obligatoire à partir de cette date pour les lieux publics, ça ne veut pas dire que c’est une interdiction de l’utiliser, ça va de soi qu’il y a des situations qui l’exigent. Il va plutôt être facultatif. On pourra bien sûr le porter par choix personnel ou par souci de protéger les autres », ajoute le Dr Boileau. 

D’ailleurs, l’isolement est toujours prescrit pour ceux qui ont un test rapide positif ou qui souffrent de signes apparentés à la COVID-19.

Le virus de l’Influenza circule abondamment dans la population générale ce qui est très rare en cette période de l’année en temps normal. 

Notons que le Québec est la dernière province à abolir le port du masque obligatoire. C’est à partir du 6 mai que les citoyens de l’Île-du-Prince-Édouard pourront retirer leur couvre-visage.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des juristes mettent en garde contre le durcissement des peines pour crime haineux

Le gouvernement libéral propose des «sanctions draconiennes» dans le Code criminel dans le cadre de son vaste plan visant à cibler la haine en ligne, prévient l'Association canadienne des libertés civiles. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a déposé cette semaine un projet de loi très attendu, présenté comme un moyen de faire face aux ...

durée Hier 17h00

Hausse de la pension pour tous les aînés : une étape cruciale est franchie

Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville, et Jean-Denis Garon, député de Mirabel, se réjouissent que le projet de loi du Bloc Québécois visant à hausser la pension de la Sécurité de la vieillesse pour tous les aînés à compter de 65 ans, ait franchi une nouvelle étape charnière alors qu’il a été adopté à l’unanimité en ...

27 février 2024

Immigration: Miller n'a «jamais eu l'impression» que le Québec voulait discuter

Le gouvernement du Québec ne souhaite pas réellement avoir une discussion posée avec Ottawa sur les coûts et les conséquences sociales engendrés par l'afflux de demandeurs d'asile, croit le ministre fédéral de l'Immigration, Marc Miller. «La réalité, c'est que je n'ai jamais eu l'impression du gouvernement du Québec qu’ils voulaient vraiment ...