Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Québec

Pierre Reid: un directeur général des élections sans véritable mandat

durée 13h55
11 août 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Malgré la proximité d’élections générales, le gouvernement Legault n’a pas pris la peine de s’assurer que le Directeur général des élections (DGEQ) ait les coudées franches pour effectuer son travail en toute sérénité, au moment où il en aurait le plus besoin, soit dans les mois précédant la campagne et lors de la tenue du scrutin du 3 octobre.

En 2015, l’Assemblée nationale a nommé Pierre Reid au poste de Directeur général des élections, pour un mandat de sept ans, qui a pris fin en juin dernier.

Deux mois plus tard, alors qu’il doit superviser le bon déroulement de la campagne électorale, M. Reid ne sait toujours pas à quoi s’en tenir. Son mandat sera-t-il renouvelé? Sera-t-il remplacé par quelqu’un d’autre? Nul ne le sait.

Cette situation inusitée crée un certain malaise chez le principal intéressé. «J’aurais aimé qu’on me renouvelle (mon mandat) avant» la prochaine campagne électorale, affirme M. Reid, en entrevue récemment à La Presse Canadienne.

Mais cela n’a pas été le cas, même si M. Reid dit avoir signifié son intérêt «aux autorités» gouvernementales pour obtenir un renouvellement de mandat, au cours des derniers mois. Le message a donc été transmis, mais n’a pas eu de suite.

M. Reid, qui est âgé de 69 ans, n’a pas l’intention de prendre sa retraite de sitôt, toujours animé du feu sacré pour toutes ces questions touchant l’encadrement de l’exercice de la démocratie et du droit de vote. 

Son souhait le plus cher: qu’on lui confie un second mandat de sept ans. «La passion est là», résume-t-il, intarissable quand on le questionne sur tous les sujets reliés à son poste.

La suite des choses dépendra cependant de la proposition du prochain gouvernement, qui devra être entérinée par les partis d’opposition. Le DGE fait partie des cinq personnes dont la nomination doit obtenir l’adhésion des deux tiers des parlementaires, pour éviter toute brèche à leur indépendance.

Si les élus lui préfèrent un autre candidat, il ne cache pas qu’il ne sautera pas de joie. «Je vais être déçu, car je veux vraiment poursuivre» ce travail qui le passionne.

Entre-temps, malgré l’incertitude ambiante quant à son avenir immédiat, M. Reid n’a pas l’intention de s’empêcher de prendre au cours des prochaines semaines toutes les décisions requises pour assurer le bon fonctionnement de la campagne électorale.

«Si j’ai des décisions à prendre dans les prochaines semaines ou d’ici l’élection, que ça fasse ou pas l’affaire de certaines personnes, moi, ça ne me dérangera pas», assure-t-il, bien décidé à assumer pleinement ses fonctions jusqu’au bout, quelle que soit l’échéance. 

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des juristes mettent en garde contre le durcissement des peines pour crime haineux

Le gouvernement libéral propose des «sanctions draconiennes» dans le Code criminel dans le cadre de son vaste plan visant à cibler la haine en ligne, prévient l'Association canadienne des libertés civiles. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a déposé cette semaine un projet de loi très attendu, présenté comme un moyen de faire face aux ...

durée Hier 17h00

Hausse de la pension pour tous les aînés : une étape cruciale est franchie

Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville, et Jean-Denis Garon, député de Mirabel, se réjouissent que le projet de loi du Bloc Québécois visant à hausser la pension de la Sécurité de la vieillesse pour tous les aînés à compter de 65 ans, ait franchi une nouvelle étape charnière alors qu’il a été adopté à l’unanimité en ...

27 février 2024

Immigration: Miller n'a «jamais eu l'impression» que le Québec voulait discuter

Le gouvernement du Québec ne souhaite pas réellement avoir une discussion posée avec Ottawa sur les coûts et les conséquences sociales engendrés par l'afflux de demandeurs d'asile, croit le ministre fédéral de l'Immigration, Marc Miller. «La réalité, c'est que je n'ai jamais eu l'impression du gouvernement du Québec qu’ils voulaient vraiment ...