Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Protection des données

Vie privée: 93% des Canadiens sont préoccupés, en particulier les Québécois

durée 08h00
10 juillet 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

De plus en plus de Canadiens se disent énormément préoccupés par la protection de leurs renseignements personnels et c'est au Québec que leur proportion est la plus grande.

Selon un récent sondage mené pour le compte du commissariat fédéral à la vie privée, 93 % des Canadiens sont inquiets à ce chapitre, qu'ils le soient légèrement ou grandement. La proportion de ceux qui sont énormément préoccupés (38 %) a augmenté de 6 points de pourcentage depuis 2020.

«Comme ce fut le cas en 2020, le niveau de préoccupation était plus marqué au Québec et chez les personnes de 35 ans et plus», peut-on lire dans le rapport de résultats du sondage rendu public cet été.

Ainsi, 43 % des répondants en provenance du Québec ont indiqué être extrêmement préoccupés par la protection de leur vie privée, comparativement à 29 % de ceux de la Colombie-Britannique.

Dans l'ensemble des répondants, 40 % ont dit être plus inquiets à ce chapitre qu'avant la pandémie de COVID-19. En contrepartie, 55 % croient que cela n'a eu aucun changement.

Le coup de sonde a été mené de novembre à décembre auprès de 1500 résidants du Canada. La marge d'erreur du sondage téléphonique est de 2,5 %, 19 fois sur 20.

Les répondants qui ont affirmé être bien informés en matière de droit à la vie privée ou qui ont indiqué qu'ils suivaient les actualités dans ce dossier étaient «plus susceptibles d’être extrêmement préoccupés par la protection de la vie privée», note-t-on dans le rapport.

Les craintes des Canadiens concernent surtout les entreprises et organisations dont ils se méfient. Pas moins de neuf répondants sur dix ont signalé qu'ils estiment que leurs activités en ligne sont partiellement surveillées par celles-ci. Un peu moins de la moitié des sondés, soit 47 %, estiment que la totalité ou presque de leurs activités en ligne font l'objet d'une surveillance.

«Il s’agit d’un message important pour les organisations des secteurs privé et public. Les ressources consacrées à la protection et à la promotion de la vie privée (...) sont des investissements judicieux dans la sécurité des Canadiennes et des Canadiens et dans leur confiance envers les organisations», a récemment soutenu le commissaire à la vie privée du Canada, Philippe Dufresne, dans un communiqué.

Les répondants craignent notamment que les réseaux sociaux permettent de dresser le profil détaillé de leurs intérêts au moyen de renseignements personnels qui y sont recueillis. Près de 90 % des Canadiens sont préoccupés par cela, que ce soit légèrement ou énormément. La proportion de ceux qui se disent extrêmement préoccupés (44 %) a augmenté de sept points de pourcentage depuis 2020.

Plus de la moitié des répondants (58 %) ont dit croire que le gouvernement fédéral respecte leur vie privée. 

Émilie Bergeron, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Négociations dans les CPE: la FSSS a demandé la conciliation

Elle aussi impatiente d'attendre depuis des mois que les négociations pour le renouvellement des conventions collectives puissent commencer dans les Centres de la petite enfance, la FSSS a demandé la conciliation. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), affiliée à la CSN, représente 12 400 travailleuses dans les CPE. Les ...

Un montant de 150 000 $ pour lutter contre la violence dans Lanaudière

L'organisme Au coeur de l'il a obtenu une aide financière de 150 000$ pour soutenir un projet de sensibilisation auprès des personnes de l’entourage des auteurs de violence conjugale, afin de les outiller et de les informer sur le rôle qu’elles peuvent jouer. Le Projet de sensibilisation des proches d'auteurs de comportements violents consiste à ...

1 mars 2024

Les prochaines étapes dans le dossier de l'assurance médicaments

Le projet de loi sur l'assurance médicaments que le ministre fédéral de la Santé, Mark Holland, a déposé jeudi à la Chambre des communes n'est que la première étape vers un éventuel programme national de couverture universelle. Mais le projet de loi établit déjà une feuille de route sur la manière dont le gouvernement fédéral compte y ...