Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Négociation du secteur public

La CAQ «persiste à exploiter» les femmes, selon la solidaire Christine Labrie

durée 09h00
29 novembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Alors que le conflit de travail entre les employés du secteur public et le gouvernement perdure, la députée solidaire Christine Labrie a provoqué de vives réactions au Salon bleu, mardi, en affirmant que «l’État du Québec participe à la violence économique envers les femmes» et que la Coalition avenir Québec (CAQ) exploite celles qui travaillent dans le secteur public. 

«Quand le gouvernement refuse d'augmenter les salaires du secteur public en haut de l'inflation, c'est de la violence économique envers les femmes. (...) Les trois quarts des personnes qui travaillent dans nos services publics, ce sont des femmes. Pourquoi la CAQ persiste à les exploiter?», a-t-elle lancé lors de la période de questions.

Une affirmation qui lui a valu une réprimande de la présidente de l’Assemblée, Nathalie Roy. «Mme la députée, vous allez trop loin. Il s'agit de propos indignes. Je vous inviterais à retirer le dernier mot que vous avez dit», lui a-t-elle demandé. 

«Je ne le retirerai pas, Mme la présidente, car je le pense», lui a répondu la députée solidaire, sur un ton frondeur. L'attitude de Christine Labrie a soulevé l’ire de plusieurs députés présents au Salon bleu. 

Le leader de Québec solidaire, Alexandre Leduc, s’est porté à la défense de sa collègue à deux reprises. «En tout respect, Mme la présidente, je suis en total désaccord avec votre interprétation», a-t-il dit à Nathalie Roy. 

La présidente a sommé une deuxième fois la députée de Sherbrooke de retirer ses paroles. «On me demande de mentir, Mme la présidente, alors je vais le faire, je retire mes propos», a finalement lâché Christine Labrie. 

La présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, a défendu le bilan de son gouvernement concernant les femmes. «Dans les dernières négociations – que ce soit celles-ci ou celles de 2020 – dans les seules négociations auxquelles ce gouvernement a participé, la priorité, et ç’a été historique, c'étaient les mesures différenciées. Et qui a été priorisé? Que des femmes: les préposées aux bénéficiaires, les infirmières, les enseignantes», a-t-elle énuméré. 

La ministre responsable de la Condition féminine, Martine Biron, a tenu à rappeler que son gouvernement avait «investi pas loin d'un milliard $ pour contrer la violence faite aux femmes». 

Thomas Laberge, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des juristes mettent en garde contre le durcissement des peines pour crime haineux

Le gouvernement libéral propose des «sanctions draconiennes» dans le Code criminel dans le cadre de son vaste plan visant à cibler la haine en ligne, prévient l'Association canadienne des libertés civiles. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a déposé cette semaine un projet de loi très attendu, présenté comme un moyen de faire face aux ...

durée Hier 17h00

Hausse de la pension pour tous les aînés : une étape cruciale est franchie

Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville, et Jean-Denis Garon, député de Mirabel, se réjouissent que le projet de loi du Bloc Québécois visant à hausser la pension de la Sécurité de la vieillesse pour tous les aînés à compter de 65 ans, ait franchi une nouvelle étape charnière alors qu’il a été adopté à l’unanimité en ...

27 février 2024

Immigration: Miller n'a «jamais eu l'impression» que le Québec voulait discuter

Le gouvernement du Québec ne souhaite pas réellement avoir une discussion posée avec Ottawa sur les coûts et les conséquences sociales engendrés par l'afflux de demandeurs d'asile, croit le ministre fédéral de l'Immigration, Marc Miller. «La réalité, c'est que je n'ai jamais eu l'impression du gouvernement du Québec qu’ils voulaient vraiment ...