Publicité
27 septembre 2019 - 14:00

Jeunes

Les directeurs de la protection de la jeunesse ont rendu leur bilan annuel

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre de leur 16e bilan annuel, les directrices et les directeurs de la protection de la jeunesse du Québec, aussi directeurs provinciaux (DPJ-DP) ont souligné les 40 ans de la Loi sur la protection de la jeunesse en portant leur regard vers l’avenir.


Ces quarante dernières années ont été marquées par la conviction et la persévérance de milliers de personnes de divers horizons, par des partenariats sans cesse renouvelés et par une étroite complicité entre les chercheurs et les gens de terrain. De nombreuses et belles réussites ont
ponctué ce parcours, accompagnés de quelques revers qui, chaque fois, ont entraîné un examen attentif de leurs pratiques et une réflexion quant aux mesures d’amélioration possibles.

 

Une hausse de 11,5% de signalements dans les Laurentides

Malgré les pas de géant franchis au fil du temps et en dépit des milliers d’enfants qui ont pu profiter des bienfaits de la Loi sur la protection de la jeunesse, le nombre d’enfants qui ont fait l’objet d’un signalement et qui ont besoin de protection ne cesse d’augmenter. Au CISSS des Laurentides, une hausse de 11,5% de signalements a été observée. Cette situation préoccupe grandement les directeurs de la protection de la jeunesse du Québec dont le défi pour l’avenir est d’infléchir cette tendance et d’offrir un monde meilleur à ces enfants.

Les tragiques événements du printemps 2019 nous rappellent qu’en dépit du travail acharné des milliers d’intervenants dédiés à la protection de tous les enfants du Québec, nous ne sommes pas à l’abri d’une telle situation. La protection des enfants est un travail d’équipe où la  contribution de chacun est fondamentale. Quand une situation glisse entre les mailles du filet, tous ses acteurs qui doivent se questionner.

La commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse qui s’amorce constitue pour les DPJ une réelle occasion de faire le point de façon constructive avec  l’ensemble des acteurs de la société sur la question de la protection des enfants, de leur droit et de leur bien-être. Il s’agit également d’une occasion de réaffirmer le consensus social sur la protection de la jeunesse et de redéfinir les mandats qui sont confiés tant aux DPJ qu’à  l’ensemble des acteurs œuvrant au mieux-être des enfants et des familles vulnérables.

 
Quelques chiffres (2018-2019) représentatifs de la situation du CISSS des Laurentides:

• Dans la dernière année 2018-2019, la DPJ-DP du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides a traité 10 544 signalements. Il s’agit d’une hausse de 11,5 %.
• Sur ce nombre, 3 946 signalements ont été retenus.
• Cela représente 29 signalements par jour où une personne se préoccupe d’une situation d’un
enfant. En outre, 832 adolescents ont reçu des services dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA).


Et sur la province (chiffres 2018-2019):

• 105 644 signalements traités au Québec. Il s’agit d’une hausse de 10 % par rapport à l’an dernier.
• Sur ce nombre, 41 530 signalements ont été retenus.
• Cela représente 289 situations d’enfants signalés par jour où une personne se préoccupe d’une
situation d’un enfant. En outre, 9 879 adolescents ont reçu des services dans le cadre de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.