Publicité

26 mai 2020 - 16:00 | Mis à jour : 17:27

Initiatives de solidarité pendant la pandémie

Pat le crooner: du 911 au chant sous les balcons des aînés

Par Inès Lombardo, Journaliste

Il en sera à sa 30e représentation demain. Patrick Farmer, ou plutôt, "Pat le Crooner" se rend dès qu'il peut et dès qu'on lui demande devant les balcons de résidences pour personnes âgées depuis le début de la pandémie. Il raconte ces derniers mois, entre scènes chargées en émotions et le bonheur de donner à l'autre quelques heures de distraction.

Lorsqu'il n'est pas chef-répartiteur au 911 de Laval, Pat revêt son costume de crooner. Depuis que son ami Claude Gagné l'a contacté pour jouer dans une résidence à Longueuil, le 28 mars dernier, lui et un autre ami d'enfance, Michel Vallières, ont monté une petite équipe qui court désormais les résidences de Laval, des Laurentides et de la Rive-Sud de l'île de Montréal. Les trois hommes ont des contacts dans les résidences, notamment celles du réseau Sélection Retraite.

Claude Gagné, à la tête de la production locale Son à profusion, s'occupe du son et de toute la partie technique. Lui aussi à la tête d'une structure, Les Productions O-Val, Michel Vallières se charge de l'équipement et de la gestion des réseaux sociaux, qui diffusent les représentations en direct, pour ceux qui ne peuvent être présents. Quand à Pat, il puise dans le répertoire d'époque, des morceaux triés sur le volet, de Normand Cournoyer à Tom Jones, en passant par Michel Louvain et Sinatra.

Des chansons aux balcons

La passion de Pat vient de son père qui chantait les grands succès de l'époque à la maison et qui lui a visiblement transmis le virus, le bon. Il est souvent des soirées pour aînés à Noël ou pour la Saint-Valentin.

Mais Pat ne fait pas que chanter. Il diffuse un peu de bonheur dans le coeur de nos aînés, en leur faisant oublier le temps d'une ou deux heures les moments durs qu'ils ont vécu, isolés, séparés de leur famille par des règles strictes de santé publique ou même malades, face à la peur de s'en aller sans personne autour. Il souligne :

« C'est comme un baume sur la crise ».

Le trio généreux a pourtant un travail en dehors des heures qu'ils passent à animer les balcons résidentiels. « Michel est électricien, Claude est dans la construction et a recommencé à travailler, détaille Pat. Et moi, je me rends disponible.»

Il refuse d'être payé pour ce qu'il fait, de même que ses deux acolytes : « J'ai toujours aimé aider et organiser des activités. Je ne fais pas ça pour l'argent, surtout quand je vois que les aînés apprécient et nous encouragent. Et ils voient d'autres personnes, même pour quelques heures. »

Pat raconte que le 22 mai, au CHSLD de Laval dans le secteur de Fabreville, ses collègues policiers ont rendu hommage au père d'un des leurs atteint d'un cancer depuis des années, en faisant retentir les sirènes. Les Productions O-Val se sont chargées de transmettre ce moment.

Ce genre de moments se sont multipliés au fil des représentations, qui ont elles-mêmes augmenter.  « On essaie de diversifier les morceaux et d'ajouter un peu d'animation », précise Pat. Nul doute que, même sans tenter de changer son répertoire, il égaiera toujours les coeurs. Le policier, à la retraite l'an prochain, assure qu'il continuera de chanter pour les autres.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.