Publicité

28 mai 2020 - 11:00

Dénonciation des conditions de travail

Manifestation à Saint-Jérôme: les professionnelles en soins des Laurentides « mortes de fatigue »

Par Salle des nouvelles

Les professionnelles en soins du FIQ - Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides ont joint leurs leurs voix à celles de toutes les professionnelles en soins du Québec dans une manifestation hier à Saint-Jérôme, pour dénoncer leurs conditions de travail insoutenables.

Les travailleuses ont démontré leur mécontentement en se laissant tomber par terre en pleine rue pour faire réaliser au CISSS des Laurentides et au gouvernement qu’elles sont mortes de fatigue.

« Nous sommes morts de fatigue. Être privé(e)s de journées de congé et de vacances, voir ses horaires modifiés sans avertissement, être déplacées d’un établissement à l’autre, devoir travailler à temps complet, être confrontées à l’impossibilité de concilier famille et travail sont autant de conditions qui affectent gravement la santé mentale des professionnelles en soins », indique Denis Provencher président intérimaire du FIQ-SPSL.

« Pourtant, le respect des professionnelles en soins est essentiel pour la poursuite de la lutte contre la pandémie liée à laCOVID-19, qui est loin d’être terminée », poursuit-il.

« Nous sommes votre meilleure arme contre la COVID-19 »

Dans toutes les régions du Québec, les professionnelles en soins ont répondu à l’appel. « Il y a une colère qui gronde parmi nos membres. Elles sont indignées que leurs droits soient suspendus et de constater que les problèmes qu’elles subissent perdurent, alors qu’ils sont dénoncés depuis longtemps, a fait savoir Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec-FIQ. Le gouvernement est en complet décalage avec ce qui se vit sur le terrain. M. Legault, Mme McCann, écoutez-nous ! Respectez-nous ! Nous sommes votre meilleure arme contre la COVID-19. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.