Publicité

8 juin 2020 - 11:15 | Mis à jour : 11:34

Mobilisation des professionnelles en soins ce 8 juin à 16h30

Selon le FIQ, la députée d’Antoine-Labelle doit « s’activer pour les professionnelles en soins »

Par Salle des nouvelles

Le FIQ - Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides a demandé à la députée d’Antoine-Labelle, le 12 mai dernier, une rencontre d’urgence pour intervention rapide et nécessaire auprès du CISSS des Laurentides à propos de son application abusive et disproportionnée de l’Arrêté ministériel 007-2020, qui permet de suspendre des conditions de travail pour répondre à l’urgence sanitaire liée à la pandémie de COVID-19, dans sa circonscription.

Chantale Jeannotte, qui n'aurait pas « daigné répondre » au syndicat et le FIQ-SPSL, a appris par les médias qu’elle ne donnerait pas suite à la demande de rencontre, faisant pleinement confiance au CISSS des Laurentides dans sa gestion de la crise dans sa circonscription.

Les professionnelles en soins de la MRC d’Antoine-Labelle se mobiliseront ce 8 juin pour dénoncer le « manque de respect de leur député envers les citoyennes de sa circonscription ». Elles en profiteront pour rappeler à la députée qu’elles veulent être entendues et qu’elles s’attendent à ce qu'elle fasse pression sur la ministre de la Santé pour cesser l’utilisation abusive des arrêtés ministériels, en absence d’urgence sanitaire dans le secteur.

Cette mobilisation aura lieu ce lundi 8 juin à 16h30, au 604, boulevard Albiny-Paquette, à Mont-Laurier (Québec).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.