Publicité

6 septembre 2020 - 12:00

Février 2020

Décès d’un travailleur à Terrebonne : la CNESST dévoile les conclusions de son enquête

Par Salle des nouvelles

La CNESST a récemment rendu publiques les conclusions de son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie à Bruno St-Jacques, travailleur du département de nettoyage, pour l’entreprise Jacques Forget ltée, le 3 février 2020, à Terrebonne.

Le jour de l’accident, M. St-Jacques devait nettoyer l’ensemble des équipements présents dans les départements de production de l’abattoir. Lors du nettoyage du convoyeur de produits non comestibles, M. St-Jacques s’est positionné sous la table élévatrice alimentée en énergie pneumatique.

C’est à ce moment qu’un levier relié à un dispositif de commande a été déplacé, actionnant la descente de la table élévatrice sous laquelle il se trouvait. M. St-Jacques a été retrouvé coincé contre celle-ci. Les secours ont été appelés sur les lieux et le travailleur a été transporté au centre hospitalier, où il est décédé le lendemain.

L'une des causes: la méthode de travail

L’enquête a permis à la CNESST de retenir deux causes pour expliquer l’accident :

• Le dispositif de commande de la table élévatrice a été accidentellement actionné par le travailleur pendant qu’il travaillait sous cette table;
• La méthode de travail utilisée pour le nettoyage en dessous de la table élévatrice, alimentée en énergie pneumatique, a exposé le travailleur à un risque d’écrasement.

À la suite de l’accident, la CNESST a interdit l’utilisation ou la modification de l’équipement en cause dans l’accident. Elle a aussi exigé que l’employeur mette en place un moyen de prévenir toute descente intempestive d’une table élévatrice lors d’une intervention d’un travailleur sous un tablier en position élevée. L’employeur s’étant conformé à ces exigences, l’utilisation des équipements visés a pu reprendre.

Comment éviter un tel accident?

Pour prévenir les accidents lors du nettoyage d’une machine, des solutions existent, notamment :
• le cadenassage de toutes les sources d’énergie de la machine afin d’en prévenir la mise en marche intempestive;
• l’utilisation d’un dispositif de blocage, comme une cale ou une béquille pour le contrôle de l’énergie gravitationnelle;
• l’achat de machines comportant une sécurité intégrée.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires.

Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.

Afin d’éviter qu’un tel accident ne se reproduise, la CNESST transmettra au Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) les conclusions de l’enquête pour que le CTAQ en informe ses membres.

Le rapport d’enquête sera également diffusé dans les établissements de formation offrant les programmes d’études Mécanique industrielle de construction et d’entretien et Opération d’équipements de production pour sensibiliser les futurs travailleurs.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.