Publicité

28 septembre 2020 - 16:00

Dans le cadre de la Journée mondiale des rivières

La Fondation Rivières met en ligne une carte des déversements d’eaux usées

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

La Fondation Rivières profite de la Journée mondiale des rivières pour rendre publique une carte interactive des déversements d'eaux usées au Québec afin de sensibiliser les gouvernements et la population sur la qualité de l'eau des rivières.

Cet outil cartographique, réalisé en collaboration avec l'École des médias de l'UQÀM, s'appuie sur les données publiées par le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) entre 2011 et 2019.

Il permet aux citoyens et aux citoyennes, aux municipalités ainsi qu'à toutes les organisations soucieuses de la qualité de l'eau d'obtenir rapidement un portrait des rejets d'eaux usées sur leur territoire.

En survolant les diverses options mises à la disposition des utilisateurs, il est notamment possible de suivre l'évolution de la situation sur différentes périodes.

Indice d’intensité

Avec le nouvel Indice d'intensité développé par la Fondation Rivières, l'ampleur relative des déversements peut également être observée.

Cette intensité est un calcul de pondération qui tient compte de l'importance des ouvrages et du temps de déversement mesuré. Plus un ouvrage d'assainissement est important, plus le déversement le sera aussi.

Ajoutez-y la durée et vous obtenez un ordre de grandeur de la quantité d'eau rejetée sans traitement dans les cours d'eau.

Le traitement des informations a représenté un réel défi technique pour les étudiants.es au programme en journalisme de l'UQÀM.

« Les données brutes fournies par le MELCC entre 2011 et 2016 comprenaient près de 9,5 millions de lignes de données à traiter, sans compter les données de 2017 à 2019, souligne Jean-Hugues Roy, Journaliste et professeur à l'UQAM. La méthodologie de mesure a également changé. Par exemple, les temps de déversement, d'abord mesurés en heures, sont mesurés en minutes depuis 2017. La durée est également une information très parcellaire. Par exemple, on n'a aucune information sur la durée de plus de 10% des déversements qui ont été signalés en 2019. Est-ce qu'on accepterait de ne pas connaître le montant de 10 % des contrats publics octroyés? On doit être plus exigeants avec la qualité des données publiques sur un sujet aussi important que celui-ci. »

Ampleur de la situation

Pour l'initiatrice du projet, la Fondation Rivières, le temps était venu d'informer le public sur l'ampleur de la situation.

« Depuis le flusgate à Montréal, l'enjeu de la qualité et d'accessibilité à l'eau interpelle beaucoup les Québécoises et les Québécois, insiste André Bélanger, directeur général de la Fondation Rivières. Or, des déversements d'eaux usées, il y en a partout et à tous les jours! La population doit savoir où se situent les quelque 60 000 déversements d'eaux usées non traitées par année et l'évolution dans chaque municipalité. La carte illustre le symptôme d'une maladie inquiétante et surtout, elle permet de dresser une liste des municipalités où il faut intervenir de toute urgence pour colmater les brèches. Les citoyens ont maintenant l'outil qu'il leur faut pour exiger que leurs municipalités et le MELCC s'attaquent au problème. La transparence. Voilà notre objectif. »

Rappelons que la Fondation Rivières a rendu public un portrait peu élogieux le 1er juin dernier dans lequel elle établissait que 7 municipalités sur 10 contaminaient toujours les rivières.

Le 15 juin, en réaction à cet état de fait, 44 organisations souscrivaient à une lettre ouverte destinée au premier ministre du Québec, au ministre de l'Environnement et à la ministre des Affaires municipales réclamant un grand chantier de l'eau propre.

La carte interactive s'inscrit dans cette même logique : établir les faits afin d'inciter les instances politiques à agir, maintenant.

Elle peut être consultée sur le site fondationrivieres.org.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.