Publicité

7 octobre 2020 - 08:53

À la suite des mesures de santé publique

La grande Guignolée des médias de Moisson Laurentides change de cap

Par Salle des nouvelles

Considérant l’évolution de la situation de la pandémie au Québec, le conseil d’administration de Moisson Laurentides a pris la sage décision de changer l’orientation de sa plus grande campagne de financement annuelle, la Grande guignolée des médias de Moisson Laurentides.

À la lueur des récentes informations transmises par le gouvernement, Moisson Laurentides choisit d’agir prudemment en révisant la logistique de cet événement d’envergure.

Pas de collecte sur rue cette année pour freiner la COVID-19

Pour 2020, les points de collecte sur rue ne font plus partie des plans. Bien que nécessaire pour la sécurité de tous, ce choix difficile vient également supporter la décision prise par un partenaire majeur, la Grande guignolée des médias de la grande région métropolitaine.

Annie Bélanger, directrice générale de Moisson Laurentides souligne à cet effet : « La crise que nous traversons nous oblige à revoir nos actions auprès de la communauté. Nous souhaitons à tout prix réduire les risques de propagation du virus, assurer le bien-être et la santé de nos bénévoles, nos partenaires, de l’équipe de Moisson Laurentides et par le fait même, l’ensemble de la population. Offrant un service essentiel à sa communauté, Moisson Laurentides se doit de soutenir ses troupes et poursuive sa mission de façon sécuritaire, mais tout aussi engagée ».

Elle poursuit: « De plus, suite à la décision prise par la Guignolée des médias de la grande région métropolitaine, Moisson Laurentides de par son affiliation, ne peut que se rallier à cette décision déchirante. »

Dans le contexte actuel, Moisson Laurentides offrira plusieurs moyens pour mobiliser la population à faire des dons. Sous une formule majoritairement virtuelle, les donateurs pourront choisir différentes façons pour atteindre l’objectif de 400 000$ que rapportait approximativement la traditionnelle Grande guignolée avec collecte sur rue.

Une nouveauté: la campagne virtuelle

Dans les moyens de sollicitation déployés, la campagne virtuelle P2P se veut un événement invitant l’ensemble de la population de la région des Laurentides et la MRC les Moulins dans la région de Lanaudière à donner pour la cause.

Cette campagne, plus communément appelée « pair-à-pair », est une façon efficace d’amasser des dons. Les participants et/ou les équipes qui désirent amasser des fonds pour Moisson Laurentides devront mobiliser leur réseau personnel ou professionnel les invitant au partage de l’événement par courriel, sur Facebook, sur LinkedIn ou en face à face avec le port du masque.

Ce nouveau moyen de financement préconisera une approche de sollicitation personnalisée et sécuritaire, chez soi. La campagne virtuelle P2P (Guignolée virtuelle) est déjà accessible, jusqu’au 31 décembre. Pour vous inscrire et former vos équipes, rejoignez-nous en cliquant sur le lien suivant : www.moissonlaurentides.org.

Collecte des denrées, maintenue

Moisson Laurentides a souligné la forte demande en denrée. Bien que certains points de chute ne soient plus accessibles, Moisson Laurentides a assuré recueillir le maximum de denrées possible pour cette période critique.

Pour faire des dons en denrées, il sera possible de les déposer aux points de collecte des partenaires participants. Pour voir la liste des points de collecte sur le territoire, visitez le site de Moisson Laurentides.

Implication des marchés d’alimentation

Au meilleur de leur capacité, les marchés d’alimentation demeureront des acteurs importants dans la campagne de financement. Des tirelires seront placées aux caisses et des boîtes de collectes de denrées resteront à disposition.

Les besoins criants des familles vivant de l’insécurité alimentaire demeurent actuellement en pente ascendante

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.