Publicité

6 mars 2021 - 13:00

Près de 500 trousses ont trouvé preneurs

La campagne pour obtenir une trousse de dépistage du radon est terminée à Rosemère

Par Catherine Deveault

La Ville de Rosemère tenait à remercier ses citoyens d’avoir répondu à l’appel afin d’obtenir gratuitement leur trousse de dépistage contre le radon. En seulement quelques  semaines, c’est près de 500 trousses qui ont trouvé preneurs.

Cette campagne visait à informer les citoyens sur ce qu’est le radon et ses effets sur leur santé, mais surtout, à les sensibiliser à l’importance de mesurer son taux de concentration dans la maison et de prévoir les correctifs nécessaires, si le taux dépasse la norme de Santé Canada 

« Cette campagne visait à d’abord protéger la santé pulmonaire des citoyens de Rosemère. Plus que jamais nos citoyens ont passé du temps à la maison en raison du confinement, et du télétravail obligatoire, nous croyons  que c’est pour cela que les trousses gratuites ont trouvé foyers si vite cette année! Cette campagne 2021 est couronnée de succès », a déclaré le maire de Rosemère Eric Westram. 

Le radon: un gaz radioactif

Plus dense que l’air ambiant, le radon est un gaz radioactif incolore et inodore d’origine naturelle qui provient de l’uranium présent dans les sols et les roches. On le retrouve partout sur la planète, à des concentrations  différentes. À l’air libre, ce gaz est dilué, donc aucunement menaçant. Toutefois, il peut s’infiltrer dans les maisons, principalement les sous-sols, entre autres par les fissures dans les murs de fondation et les dalles de  planchers, les joints de construction, les puisards, les vides sanitaires, et s’accumuler à des concentrations  élevées et inquiétantes pour la santé. 

Après le tabagisme, le radon constitue la deuxième cause du cancer du poumon. Le risque de cancer augmente avec la concentration élevée du radon, la durée de l’exposition en nombre d’années et le tabagisme. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.