Publicité

20 novembre 2021 - 12:15

COVID-19

Santé Canada autorise la vaccination des 5-11 ans

Par La Presse Canadienne

C’est maintenant officiel, Santé Canada autorise l’utilisation de la version pour enfants du vaccin de Pfizer−BioNTech.

Le gouvernement fédéral a déjà assuré la livraison de 2,9 millions de doses pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, assez pour une première dose pour tous les enfants canadiens de cet âge. Il n’y manquait que le feu vert des scientifiques du ministère fédéral de la Santé.

«C’est un jalon important dans la lutte contre la COVID−19 au Canada», note le communiqué émis par Santé Canada, vendredi matin.

Le ministère étudiait la demande du fabricant depuis le 18 octobre. Cette semaine, il a reçu une demande similaire de Moderna qui veut faire autoriser sa version du vaccin pour les enfants.

Pour le vaccin de Pfizer, Santé Canada autorise deux doses de 10 microgrammes, à trois semaines d’intervalle. Le vaccin pour les 12 ans et plus est administré par doses de 30 microgrammes.

Santé Canada cite les essais cliniques du vaccin de Pfizer pour souligner qu’il est efficace à 90,7 % et que «aucun effet secondaire grave n’a été recensé».

Même si ce vaccin est maintenant autorisé, le manufacturier doit continuer à fournir de l’information aux autorités canadiennes sur son efficacité et son innocuité, à mesure que son utilisation augmente.

«Le Ministère disposera ainsi de plus de données tirées d’études  en cours et de l’utilisation réelle du vaccin pour veiller à ce que les  bienfaits du vaccin l’emportent toujours sur les risques, de même que  pour détecter toute possibilité de nouveau problème d’innocuité dans  tous les groupes d’âge», explique le communiqué de Santé Canada.

Les États−Unis ont approuvé ce vaccin pour enfants le mois dernier. Et depuis, ils ont vacciné plus de deux millions d’enfants.

Lina Dib, La Presse Canadienne

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.