Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Bilan d'exercice

Moisson Laurentides dévoile son rapport d'activité 2021-2022

durée 08h00
4 juillet 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par Mickael Couillerot, Journaliste

Moisson Laurentides a dévoilé, dans le cadre de son AGA 2022 s’étant tenu le 20 juin dernier, ses plus récents résultats pour l’exercice 2021-2022.

Entre relance économique et pression accrue.

Si la sortie de pandémie permet le retour à des opérations plus normalisées, c’est le contexte économique qui, en cette fin d’exercice, inquiète et qui lance de nouveaux défis pour les prochaines années.

Après plus de deux années d’une résilience exceptionnelle, le contexte actuel risque de frapper un réseau d’organismes communautaires déjà exténué et souffrant d’un manque de ressources.

Avec près de 19 000 personnes aidées mensuellement et un accroissement soutenu des nouvelles demandes d’aide alimentaire, l’engagement de l’ensemble des membres de la communauté est plus que jamais essentiel.

Une baisse marquée des dons en provenance de l’industrie agroalimentaire.

En 2021-2022, c’est 2 933 513 kilogrammes de denrées qui auront été récupérés, soit une diminution de 18 % pour une période comparable l’an dernier. Il s’agit d’une baisse considérable, toutes catégories d’aliments confondues.

Une situation non pas symptomatique d’un désengagement des partenaires, mais plutôt due aux nombreuses perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondial et à la pénurie de main-d’œuvre.

« L’exercice 2021-2022 a été caractérisé par un contexte économique dominé par des hausses multiples. Une situation qui, même si elle n’en est qu’à ses débuts, aura des répercussions majeures sur la capacité des individus et ménages fragilisés à suffisamment s’alimenter. », commente Annie Bélanger, directrice générale de Moisson Laurentides.

Pénurie de main-d’œuvre.

Des efforts ont été faits ces derniers mois afin de recruter de nouveaux employés et ainsi pourvoir des postes souvent critiques au sein de l’organisation. L’allongement de quart de travail et l’appel à la population furent, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, les avenues qui durent être prises afin d’éviter toute interruption de services.

« Même si les derniers mois ont été une source de défis et d’inquiétudes pour l’ensemble de la population et des organisations, nous tenons à souligner l’engagement soutenu de chacun d’entre vous pour contrer la faim. », mentionne Annie Blanchard, présidente du conseil d’administration de Moisson Laurentides.

2021-2022 aura vu la réalisation d’une série de projets spéciaux tels que le remplacement de la flotte de camions réfrigérés, la phase finale des travaux de la cuisine de transformation, l’accroissement des initiatives de communications et de fidélisation et la mise sur pied d’un comité de communications internes.

Au-delà des derniers mois qui furent exténuants et angoissants, Moisson Laurentides est en bonne position, à la fois en termes d’infrastructures, de ressources et de finances, pour poursuivre son action : combattre la faim et nourrir l’espoir.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juin 2024

Dépistage de la surdité chez les nouveau-nés offert dans les Laurentides

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides est fier d'annoncer le déploiement du Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés (PQDSN) dans chacune des unités des naissances des hôpitaux de la région des Laurentides. Il s’agit d’une approche proactive qui permet d'identifier ...

14 juin 2024

Nouvelle stratégie pour limiter les dégâts d'un traumatisme craniocérébral

Une approche plus libérale aux transfusions sanguines permettrait aux personnes hospitalisées dans une unité de soins intensifs de recouvrer davantage d’indépendance fonctionnelle et une meilleure qualité de vie après un grave traumatisme craniocérébral, indique une étude pilotée par un chercheur au CHU de Québec. Six mois après leur accident, ...

14 juin 2024

Les plus grandes banques du Canada continueront à investir dans le pétrole et le gaz

Les PDG des cinq plus grandes banques du Canada ont répété jeudi qu'ils s'engagent à contribuer à la transition énergétique alors qu'ils étaient interrogés par un comité parlementaire quant à leur impact sur les changements climatiques. Les dirigeants de la Banque Royale du Canada (RBC), du Groupe Banque TD, de BMO Groupe Financier, de la Banque ...