Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conférence de presse du ministre de la Santé

Crise dans les urgences : l’implantation des solutions pose problème

durée 14h50
1 novembre 2022
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Gabrielle Denoncourt
email
Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a fait le point sur la crise dans les urgences au Québec, lors d’une conférence de presse. 

Il a tenu à expliquer que le problème n’est pas le manque de solutions, mais bien l’implantation des mesures qui se fait attendre depuis des années. C'est pourquoi, qu'une cellule de crise composée d'une vingtaine de personnes a été mise en place.

Elle est composée d’infirmières, d’urgentologues, de PDG, de médecins et de quelques représentants du ministère de la Santé. Le but est d’établir dans un court laps de temps des mesures pour aider à décongestionner les urgences.

M.Dubé mentionne qu’une personne sur deux qui se trouve à l’urgence aurait pu être prise en charge ailleurs. 

Ainsi, trois initiatives prennent effet immédiatement dans la grande région de Montréal pour débuter.

Tout d’abord, les personnes sont encouragées à utiliser « Un appel, un service » qui est la ligne téléphonique d’Info-Santé (811) avant de se présenter aux urgences . Pour les 0-17 ans, en composant ce numéro, il sera possible d’être dirigé vers les bonnes ressources. De plus, le ministère collabora étroitement avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) pour donner plus de rendez-vous dans les GMF et les cliniques pédiatriques. Le service sera bientôt élargi dans les autres régions du Québec.

Toujours dans le grand Montréal, deux cliniques d’infirmières cliniciennes spécialisées seront créées. La première dans le CIUSSS de Montréal-Est et la deuxième dans Centre-Sud. Le but est prochainement d’en ouvrir ailleurs dans la province. 

Finalement, la cellule de crise a lancé des appels pour trouver des lits à l’extérieur des CHSLD et des hôpitaux pour les personnes qui n’ont plus besoin de soins d’urgence. Déjà 58 % des 1 700 places ont été créées. Il y a également l’option de l’hébergement à domicile. 

Le ministre de la Santé a terminé en mentionnant qu’il faut également une meilleure coordination dans les hôpitaux afin de s’assurer que les patients se trouvent au bon endroit et reçoivent les bons soins. 

 

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juin 2024

Dépistage de la surdité chez les nouveau-nés offert dans les Laurentides

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides est fier d'annoncer le déploiement du Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés (PQDSN) dans chacune des unités des naissances des hôpitaux de la région des Laurentides. Il s’agit d’une approche proactive qui permet d'identifier ...

14 juin 2024

Nouvelle stratégie pour limiter les dégâts d'un traumatisme craniocérébral

Une approche plus libérale aux transfusions sanguines permettrait aux personnes hospitalisées dans une unité de soins intensifs de recouvrer davantage d’indépendance fonctionnelle et une meilleure qualité de vie après un grave traumatisme craniocérébral, indique une étude pilotée par un chercheur au CHU de Québec. Six mois après leur accident, ...

14 juin 2024

Les plus grandes banques du Canada continueront à investir dans le pétrole et le gaz

Les PDG des cinq plus grandes banques du Canada ont répété jeudi qu'ils s'engagent à contribuer à la transition énergétique alors qu'ils étaient interrogés par un comité parlementaire quant à leur impact sur les changements climatiques. Les dirigeants de la Banque Royale du Canada (RBC), du Groupe Banque TD, de BMO Groupe Financier, de la Banque ...