Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Un Québécois sur trois a connu l'insécurité alimentaire au moins une fois en 2023

durée 18h00
6 décembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les Québécois s’appauvrissent de plus en plus et à une vitesse inquiétante, si l’on se fie au portrait de l’insécurité alimentaire publié mercredi par la firme Léger.

Les jeunes sont massivement touchés par l’insécurité alimentaire, de même que les personnes à revenu modeste, mais on constate que même les mieux nantis commencent à en souffrir.

Le sondage Léger nous apprend ainsi que près d’un Québécois sur trois (32 %) s’est retrouvé en situation d’insécurité alimentaire au moins une fois en 2023, comparativement à un peu plus d’un sur cinq (22 %) en 2020. Cette hausse de 10 points de pourcentage a laissé les sondeurs pantois, a-t-on reconnu en présentant ces résultats en conférence de presse virtuelle.

La proportion de personnes souffrant d’insécurité alimentaire sévère a presque doublé durant cette période, passant de 8 % à 14 %.

Manger mal ou ne pas manger du tout

La mesure d’insécurité alimentaire repose sur un éventail de questions sur les habitudes alimentaires, allant du fait de se priver de repas équilibrés à ne pas manger durant toute une journée faute de moyens.

Entre les deux, on a évalué une série de comportements liés au manque d’argent pour se nourrir, notamment: la peur de manquer de nourriture; le fait de manquer de nourriture, de manger moins, de réduire les portions ou de sauter des repas; d’avoir faim sans pouvoir manger ou encore d’avoir perdu du poids par manque de moyens pour s’alimenter.

Les proportions de personnes sondées ayant répondu occasionnellement, parfois, souvent ou constamment sont en hausse pour chacune de ces questions.

Un jeune sur quatre en insécurité sévère

Tout près de la moitié (48 %) des 18-24 ans se retrouvent «à l’occasion» en situation d’insécurité alimentaire, mais pas moins d’un sur quatre serait en situation d’insécurité sévère.

Sans surprise, la situation est encore pire pour les ménages à faible revenu – ceux dont le revenu annuel brut est inférieur à 40 000 $ – dont plus de la moitié (52 %) ont connu au moins une situation d’insécurité alimentaire. Là aussi, le quart d’entre eux se retrouvent en situation d’insécurité sévère.

Même les ménages à plus de 100 000 $

Ce qui surprend, toutefois, est qu’une part des ménages dans toutes les tranches de revenu supérieur à 40 000 $ ont aussi éprouvé de l’insécurité alimentaire. Tout près du quart (23 %) des ménages dont le  revenu annuel brut est de plus de 100 000 $ rapportent avoir vécu au moins une situation d’insécurité alimentaire et 8 % d’entre eux sont en situation d’insécurité sévère.

Le fait de travailler ne représente donc pas un rempart contre l’insécurité, puisque 38 % des répondants ayant un emploi disent en avoir souffert à des degrés divers.

Le sondage a été réalisé en ligne entre le 10 et le 12 novembre 2023 auprès d’un échantillon de 1008 personnes représentatives de la société québécoise. À titre indicatif, la marge d’erreur maximale d’un échantillon probabiliste de même taille est de plus ou moins 3 %, 19 fois sur 20.

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


14 juin 2024

Dépistage de la surdité chez les nouveau-nés offert dans les Laurentides

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides est fier d'annoncer le déploiement du Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés (PQDSN) dans chacune des unités des naissances des hôpitaux de la région des Laurentides. Il s’agit d’une approche proactive qui permet d'identifier ...

14 juin 2024

Nouvelle stratégie pour limiter les dégâts d'un traumatisme craniocérébral

Une approche plus libérale aux transfusions sanguines permettrait aux personnes hospitalisées dans une unité de soins intensifs de recouvrer davantage d’indépendance fonctionnelle et une meilleure qualité de vie après un grave traumatisme craniocérébral, indique une étude pilotée par un chercheur au CHU de Québec. Six mois après leur accident, ...

14 juin 2024

Les plus grandes banques du Canada continueront à investir dans le pétrole et le gaz

Les PDG des cinq plus grandes banques du Canada ont répété jeudi qu'ils s'engagent à contribuer à la transition énergétique alors qu'ils étaient interrogés par un comité parlementaire quant à leur impact sur les changements climatiques. Les dirigeants de la Banque Royale du Canada (RBC), du Groupe Banque TD, de BMO Groupe Financier, de la Banque ...